Carlos Willengton : un DJ passionnant et passionné en plein essor

Maud Piccoli (@maudpcl)

Durant les Eurockéennes 2023, nous avons rencontré un DJ à la carrière inédite et à la passion débordante : Carlos Willengton. Originaire de l’Uruguay, il entame ce métier au début des années 80, avant de partir s’installer en Espagne. Pendant près de 30 ans, il s’est déplacé dans les différents clubs de la région méditerranéenne. Carlos Willengton est réputé pour sa connaissance démesurée de la musique, et il est notamment armé d’une collection de vinyles absolument dantesque de plus de 4000 disques.

Il est rapidement devenu un phénomène sur internet, notamment sur Instagram pendant le confinement. Avec plus de 100 000 abonnés, il partage très régulièrement des DJ sets, à 99,9% du temps sur vinyle. Au moment de l’interview, il était invité par Vladimir Cauchemar pour jouer aux Eurockéennes de Belfort. Depuis, Carlos Willengton continuer de propager sa passion à travers toute l’Europe.

La passion, une histoire de famille

La première chose que l’on remarque en discutant avec cet homme, c’est son dévouement et son amour pour la musique. Faire de sa passion un métier est une chance extraordinaire, et Carlos est réellement heureux de cela. Voir et échanger avec quelqu’un d’aussi passionné, ça fait rêver ! C’est à se demander si tous ses proches sont pareils… Et c’est le cas ! Sur toutes ses vidéos postées sur internet, il n’y en a qu’une où il est accompagné. C’est sa fille, Elisabeth, qui partage les platines avec son papa. Un bel échange père/fille, dans lequel, elle se débrouille très bien. Bon nombre de DJs ont transmit leur passion à leurs enfants, mais ici, Carlos tiens au fait que sa fille trouve d’elle même ce qu’elle aime. Après tout, une passion, ça ne s’impose pas !

Mon studio est dans mon garage, et ce jour là, nous étions en famille […] Elle est restée avec moi, et je n’ai jamais voulu la forcer à faire cela. Désormais, elle sait comment le mix fonctionne, et dans cette vidéo, le mix est parfait ! […] Mais au final, ce qu’elle aime le plus, c’est l’équitation, elle fait même de la compétition.

C’est sa passion et je pense que les gens doivent toujours suivre leur passion.

Carlos Willengton en interview aux Eurockéennes de Belfort 2023

Apprendre à mixer à partir de rien, pour ensuite jouer devant sa famille, ses amis, et finalement, jouer ici et là. L’histoire d’une passion devenue travail, grâce au dévouement de Carlos Willengton, au soutien de ses proches et à l’ancêtre du réseau social : le bouche à oreille ! Vous vous en doutez, le DJing était différent dans les années 80, comparé à aujourd’hui. Les genres musicaux, le son, les tendances… et pourtant, nous l’avons bien vu pendant son show : la House Music et le Disco sont intemporels !

Comment préparer un show 100% vinyle ?

Est-ce qu’on prépare un set vinyle comme un DJ set « classique » avec CDJ ? Plus ou moins. Une chose est sûre : Carlos n’aime pas avoir une tracklist entièrement définie. Il sait quels titres phares seront joués, mais comment lier ces différents titres entre eux ? Au feeling. Finalement, c’est ça, la définition d’un vrai DJ : quelqu’un qui s’adapte à son public, à l’instant T. Et c’est sûrement pour cela que malgré une météo très capricieuse lors des 2 DJ set de Carlos, l’ambiance est restée excellente du début à la fin.

J’ai beaucoup apprécié, même si la foule était sous la pluie ! Je pense que c’est la pire situation. Mais la plus belle chose possible dans ce cas, c’est d’avoir les gens qui restent et qui dansent. Et c’était vraiment super !

Carlos Willengton en interview aux Eurockéennes de Belfort 2023

Pourquoi Carlos continue-t-il de jouer sur ses vinyles, en 2023 ? Déjà, parce qu’à l’époque, pour être DJ, il n’y avait pas internet pour acheter et télécharger les titres. Il fallait déjà acheter tous ces vinyles, pour ensuite les jouer.

A l’époque, être DJ, ce n’était pas juste une passion pouvant être exercée par tous. Tu n’avais pas à t’entraîner pour faire un mix parfait : c’était un véritable travail. Et donc, à un moment de ta carrière, après tout ce travail, tu sens que tu peux tout mixer. Pas besoin de jouer 10 fois les mêmes musiques pour apprendre à faire un bon mix !

Carlos Willengton en interview aux Eurockéennes de Belfort 2023

Être DJ était bien moins accessible qu’aujourd’hui et au final, emmener ces disques avec lui, c’est rendre hommage à la musique qu’il aime, à ses investissements et à ses débuts. Il nous rajoutera qu’il a aussi besoin d’avoir ce « toucher » avec la musique, qu’il n’a pas forcément avec le numérique.

La technologie dans le DJing

C’est sûrement un peu plus contraignant de faire des dates à travers l’Europe avec des dizaines et des dizaines de vinyles ! Nous avons questionné le DJ sur le fait de potentiellement passer au numérique. Contrairement à ce que l’on imaginait, Carlos Willengton n’est absolument pas contre toutes ces avancées technologiques. Qu’elles soient dans le DJing directement avec l’apparition du bouton « SYNC » permettant de faire synchroniser le BPM des morceaux, ou même dans la façon de préparer un DJ set avec la rapidité d’internet, le DJ assure que tout cela ne peut être que bénéfique pour tout le monde. Lui qui a tout vu évoluer depuis ses débuts il y a près de 40 ans, il ne considère pas le vinyle comme la base absolue, mais comme une référence personnelle.

Le « SYNC », c’est le nouveau « pitch ». Mais j’ai toujours dis, que jouer avec le « SYNC » c’est comme jouer à TETRIS, mais tu n’as que des barres. Du coup, tu fais beaucoup de points, mais tu ne bouges pas tout l’environnement du jeu. Moi, je ne veux pas jouer à TETRIS de cette manière, je veux jouer et combiner ! […] Et pour la musique, c’est la même chose

Carlos Willengton en interview aux Eurockéennes de Belfort 2023

Au final, Carlos Willengton pense que ces avancées technologiques permettent de passer moins de temps sur certaines étapes, afin d’en consacrer davantage à d’autres. Mais ça ne fait pas tout, et le DJ aime rappeler que le DJing, ça se travaille !

Les années 80 VS Aujourd’hui

Avec cet amour inconditionnel pour la House Music et le Disco, 2 genres dominants aux débuts de sa carrière. il semblait logique de questionner Carlos sur son opinion au sujet de la musique d’aujourd’hui. La réponse a été assez claire !

La grosse différence, c’est que dans les années 80, la musique était faite par des musiciens. Aujourd’hui, elle est faite par des producteurs. Avant, c’était de la musique. Aujourd’hui, c’est de la production.

Malheureusement, à l’époque, si on « copiait » des morceaux, nous n’avions pas de respect. Et maintenant, quelqu’un « copie », les autres suivent, et tout le monde les respecte.

Carlos Willengton en interview aux Eurockéennes de Belfort 2023

Cependant, il considère que le « sampling » est une chance pour les morceaux trop vite oubliés de l’époque. C’est une chance pour montrer les pépites du passé aux nouvelles générations. Lors de ses shows, une bonne partie du public est jeune et ne connaît pas tous les titres joués. Finalement, tout est question de passion avec Carlos Willengton, et c’est beau de voir un DJ comme lui. Quelqu’un qui respire la passion et la joie, mais surtout quelqu’un qui a envie de répandre cela à travers la musique. On vous invite fortement à aller le voir, et à ce sujet : Carlos Willengton sera au petit salon de Lyon pour une soirée organisée le 22 juillet par nos amis de Zoo Corp !

Votre franc-comtois favori. Heureux de partager avec vous cette passion pour la musique électronique, que ce soit ici ou ailleurs !