The Shapeshifters sort son nouvel album, « Let Loose »

Legends never die. Mondialement connu pour son hit house « Lola’s Theme », Simon Marlin, aka The Shapeshifters est de retour sur nos ondes avec un tout nouvel opus sur Glitterbox Recordings. Nous avions pu en entendre certains extraits lors de ses sets à Defected Malta, et sommes ravis de retrouver certains sons que nous n’arrivions pas à identifier dans ledit album. Or, Let Loose a toute une histoire, qu’il convient de conter pour apprécier l’album à sa juste valeur.

Une naissance à retardement

Lorsque j’ai décidé de poursuivre l’héritage des Shapeshifters en solo en 2017, je savais que je pouvais produire de la musique sans compromis et d’une manière à laquelle j’avais toujours voulu revenir – en adoptant une approche classique de l’écriture et de la production de chansons et en faisant avancer le son que j’aime

Simon Marlin

Let Loose est le deuxième opus de The Shapeshifters depuis 2006. Entre-temps, Simon Marlin a récupéré la gestion du projet en solo en 2017 et a décidé de faire un album, le format gagnant en notoriété dans la sphère de la Dance Music. Un pari qui peut s’avérer gagnant, mais qui prend du temps. Or, la gestation de l’album ne s’est pas déroulée comme prévu. En effet, le COVID (encore lui) a ralenti la naissance de Let Loose, empêchant Marlin et son instrumentaliste, Colin Smith de mettre un point final au projet :

L’idée initiale était d’aller à Brooklyn, de louer un loft, de m’immerger, d’être entouré de grands musiciens. Et nous l’avons fait, mais le projet de retourner enregistrer et mixer à New York n’a pas pu se réaliser. Il y avait des sessions entre les confinements, avec diverses restrictions COVID, tout était très confus. Tout le processus a duré deux ans…

Simon Marlin

Le producteur propose en effet un album ultra disco, représentatif de sa personnalité et inspiré par Quincy Jones ou Frankie Knuckles. On ressent dans Let Loose la volonté de faire le pont entre la disco des années 80 et la House actuelle. Le côté instrumental le démontre, avec des strings, cuivres et grooves qui nous rappellent la discographie de nos parents, mise à jour avec nos références actuelles. Le tout donne un album ultra frais, que l’équipe a pris plaisir à se passer tant il était rafraichissant et exaltant.

Une naissance dans les meilleures conditions

La réussite peut venir aux loups solitaires, elle arrive plus rapidement à ceux qui savent s’entourer. Le producteur l’a compris, et a invité des artistes à la notoriété affirmée pour l’accompagner. Nous pouvons donc retrouver, pele-mêle, le Grammy winner Billy Porter, la légende Kimberly Davis de CHIC, Joss Stone, ou encore Obi Franky qui l’a accompagné sur ses dernières dates au HÏ, ou à Defected Croatia.

In fine, nous nous retrouvons avec un album de 14 titres, qui rend un hommage vibrant aux origines de la disco et plébiscite l’inclusivité et le bonheur. Nous ne vous cachons pas que The Shapeshifters nous a séduit dès le premier track, « Second Chance » qui est notre préféré tant il nous rappelle la période dorée de CHIC. La voix envoûtante de Billy Porter sur Finally Ready donne le hit de l’album tant il contient tous les éléments du succès radio. Enfin, comment ne pas évoquer « Try My Love » avec Teni Tinks, considéré ni plus ni moins comme l’hymne de Glitterbox tant il représente l’éthique de la sous-division disco de Defected ?

Nous évoquons ces trois titres car ils représentent à notre sens les temps forts de l’album. Cependant, il serait dommage passer à côté de titres comme « YOLO » (feat. Aria Lyric) ou les autres collaborations avec Kimberly Davis, qu’on prend toujours plaisir à retrouver.

Une superbe vie en perspective

Let Loose reprend le flambeau de Sound Advice, près de 16 ans après. Cet album démontre une connaissance pointue de The Shapeshifters ainsi que de sa team des origines de la disco ainsi que des tendances actuelles. Ce projet fait donc le pont entre toutes les générations, et parvient à fédérer toutes les house/disco heads sous un même pavillon aux valeurs humaines magnifiques. Quant à nous, on va se relancer Second Chance pour la 1000ème fois, ça ne nous fera pas de mal. Un grand bravo à Simon Marlin pour ce beau projet, qui continue de placer Glitterbox comme le label Disco de référence actuellement.

Grooves endiablés et douceur mélodique rythment mes journées. Je passe également des disques avec l'équipe après les 39h.