Arnaud Rebotini accusé de harcèlement et d’agressions sexuelles par sept femmes

Figure de la scène électronique française, connu pour ses compositions variées et expérimentales, lui ayant notamment ouvert les portes du cinéma avec en point d’orgue le César de la meilleure musique originale en 2018 pour la bande originale du film 120 battements par minute, le DJ/Producteur Arnaud Rebotini est accusé par sept femmes de harcèlement et d’agressions sexuelles selon un article paru sur Mediapart.

Ces témoignages évoquent ainsi des baisers forcés et des comportements déplacés se rapportant à du harcèlement sexuel. L’artiste de 54 ans fait l’objet de récits qui s’étalent sur une période de 2006 à 2019, durant laquelle ce dernier aurait commis des agressions en marge de ses performances.

« Il m’a embrassée et tripotée de partout. Il n’était plus dans la drague, il était dans la consommation de son petit bout de viande. J’étais comme une crevette face à un cachalot », raconte une jeune femme, âgée de 28 ans à l’époque, qui indique avoir été entraînée à cette occasion par l’artiste à l’arrière d’un camion.

Mediapart indique dans son article que selon les éléments dont dispose le média, « aucune plainte n’a, à ce jour, été déposée concernant ces faits, qui peuvent être pénalement qualifiés de harcèlement et d’agression sexuelle« . Arnaud Rebotini a réagi à ces accusations en indiquant avoir été « un dragueur relou, à l’ancienne », mais ne pense pas avoir été un agresseur sexuel.

Si je me suis mal comporté et qu’elles ont subi un traumatisme, je m’en excuse. Ce sont des choses que je ne referai plus, je suis complètement passé à autre chose.

Arnaud Rebotini

Son agence Wart est également accusée par Mediapart d’avoir protégé un membre de Salut C’est Cool et de Gargantuä pour des accusations similaires.