Une date de réouverture des discothèques sera annoncée au plus tard le 15 juin

Une lueur d’espoir pour les discothèques : de récentes déclarations prévoient de nouvelles mesures au sujet des boîtes de nuit. C’est dans un entretien réalisé sur la chaîne de BFM Businness que Monsieur Alain GRISET, Ministre délégué aux PME, a déclaré plusieurs informations :

  1. Une date d’ouverture prévisionnelle sera donnée mi-juin
  2. Jusqu’à la réouverture des boîtes de nuit, les établissements pourront continuer de bénéficier du Fonds de Solidarité, et prochainement de l’aide « Coûts fixes » sans conditions de chiffre d’affaire.Cela permettra, en théorie, de couvrir entre 70 et 80% de leurs charges depuis Janvier 2021

Nous allons faire dans les prochains jours une réunion avec le ministère de la Santé pour voir de quelle manière on peut envisager la réouverture, sur le plan des jauges et des protocoles

Déclaration de Monsieur Alain Griset sur BFM Business
https://twitter.com/bfmbusiness/status/1391798159383400450?s=20

Pour rappel, il y a également un référé qui a été déposé devant le Conseil d’Etat en vue de permettre la renaissance du monde de la nuit.

Le Jeudi 6 Mai, un communiqué de presse de différentes UIMH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) a été dévoilé. L’UMIH Nuit, l’UMIH Rhône, l’UMIH Lot et Garonne, l’UMIH Nantes, l’UMIH Puys de Dôme, l’UMIH Pays Basque, l’UMIH Morbihan et l’UMIH Loir et Cher se sont unifiées pour contester fermement les récentes annonces de déconfinement. A l’arrêt depuis plus d’un an maintenant, le monde de la nuit est gravement en danger.

https://twitter.com/Le_Figaro/status/1390270413381439489

Introduit par Maîtres Clarisse SAND et Frédéric NIEL, avocats au Barreau de Paris et associés du Cabinet SAND AVOCAT, ce référé demande au Conseil d’Etat d’intégrer au plus vite le monde de la nuit dans le plan de déconfinement, au même titre que les concerts et les mariages. Après tout, les conditions réunies pour un mariage sont sensiblement les mêmes que pour les boîtes de nuit : lieux clos, danse, ambiance de fête et boissons alcoolisées. Depuis des mois, beaucoup se demandent quelles sont les différences concrètes entre ces événements, et le communiqué appuie ce questionnement, étant donné qu’aucune date, aucune mesure, n’a été donnée pour relancer le milieu.

Sur quel fondement peut-il légitimement être invoqué un respect des gestes barrières dans un cas, et un risque de propagation épidémique dans l’autre ?

Extrait du communiqué du Jeudi 6 Mai

Au delà de la « discrimination » ressentie par les discothèques, une remise en question du Conseil d’Etat est également demandée, au sujet des mesures économiques totalement inadaptées qui ont été mises en place.

Le secteur de la nuit est un élément indispensable de l’industrie hôtelière et de l’attractivité des territoires en ce qu’il irrigue nos cafés, nos hôtels et nos
restaurants. Le voir disparaître progressivement, avec déjà plus de 100 fermetures définitives, est une catastrophe pour le tourisme français !

Déclaration de Monsieur Roland HEGUY, Président de l’UMIH

Notre profession est encadrée par le code de la santé publique et est responsable de la sécurité incendie, des nuisances sonores, de la protection contre l’ivresse publique, de la protection des mineurs, etc. Des mauvaises habitudes ont été prises par les jeunes, et il faut vite les faire revenir vers nos professionnels de la nuit !

Déclaration de Monsieur Thierry FONTAINE, Président d’UMIH Nuit et d’Umih du Rhône

Nous espérons maintenant que ce communiqué sera entendu, écouté, et compris par le gouvernement. Le monde de la nuit en a plus que jamais besoin !