Boston Bun nous convie à une balade solitaire avec la sortie de son premier album

Aujourd’hui est un grand jour pour Thibault Noyer, ou plutôt devrions-nous dire Boston Bon. Considéré comme l’un des artistes de la French Touch 2.0, Boston Bun a brillé sur Ed Banger Records aux côtés des Justice, Breakbot, SebastiAn et consorts… 

Alors qu’il n’aurait jamais pensé sortir un album de sa carrière, la crise du COVID19 et les premiers mois irréels qui ont suivi le début de la pandémie en ont finalement décidé autrement, et ceci pour notre plus grand plaisir !

La période était tellement bizarre, et le fait que tout s’arrête […] j’ai eu une énergie où j’étais hyper productif, j’arrêtais pas d’aller au studio et j’arrêtais pas de bosser. Et en fait le fait qu’il n’y ait plus de club, je me suis dit tiens c’est marrant pour la première fois je me sens OK pour produire des tracks inspirés, avec la club culture que j’ai en moi mais sans avoir d’obligation de résultat en club.

Boston Bun

Il en découle ainsi un album dans un registre où l’on ne l’attendait peut-être pas. Un choix qui peut paraître surprenant aux premiers abords, mais qui prend finalement tout son sens lorsque l’on pense à la période dans laquelle il a éclos. A l’opposé de la disco house qu’il a pu nous servir durant ces dernières années, Boston Bun nous emmène ici dans un voyage solitaire, un face à face avec nous même tout en gardant cette vibe clubbing qui le caractérise bien. On obtient ainsi un album qu’il qualifie lui-même « d’intime ».

C’est de la musique club mais intime. C’est un peu le club que j’ai dans la tête, c’est pour ça que j’ai appelé l’album ‘There Is A Nightclub Inside My Head

Boston Bun

Un exercice d’agilité pour le moins compliqué mais qui est ici franchi haut la main. Le frenchy qui a pris l’habitude de naviguer entre les styles, passant de Housecall à Whenever You’re Ready continue donc de nous dévoiler ses diverses facettes et son éclectisme au travers de la balade musicale que nous propose l’album.

On passe de titres groovy dans un registre piano house et dansant comme Your Mind à la très planante Spinning Around en passant par des titres aux vocaux rythmés comme Stay Around ou encore à la très mélancolique Whenever You’re Ready. Plus on s’enfonce dans les entrailles de l’album, plus on comprend ce sentiment de “musique de club intime”. On passe par diverses émotions, on réfléchit, on sourit, on danse, on se remémore des souvenirs. Tout au long de l’album, on sent cette énergie et cette envie de recréer l’atmosphère d’un club, ou du moins cette envie de rester fidèle aux codes qui la définissent. Une vibe qui évolue, avec des temps forts et des temps de flottement. Une véritable expérience solitaire.  

Comme un set qui va être tout le temps pareil, j’ai besoin de up and down. Et c’est ce que je voulais faire aussi dans l’album, la vibe doit changer et c’est comme dans une soirée, t’as besoin de différentes vibes et d’une line-up qui fait vivre le truc.

Boston Bun

Le fondateur de Circa99 nous délivre là une œuvre à la fois inattendue et extrêmement rafraîchissante. Un album intimiste réalisé dans une parenthèse hors du temps.

Mais la création d’un LP dans une vibe plus posée qu’à l’accoutumée n’est pas le seul contre pied que Boston Bun va ici prendre. Ancien passionné de clips vidéo, c’est désormais la photographie qui attire son attention. Grand passionné de French Touch, il est fasciné par l’importance que lui donnaient des artistes comme Cassius, et la place centrale qu’elle occupait. C’est dans cet état esprit, et dans le but de faire vivre son album d’une manière plus artistique que Boston Bun a décidé de troquer les habituels clips vidéo contre une exposition photo. Pour lui c’est en quelque sorte la meilleure façon de tout faire converger dans un même projet. Son passé, son présent et son futur. Son passé par ses influences musicales et artistiques, son présent avec la sortie de son album et enfin son futur, avec la liberté que lui confère son propre label.

L’exposition devrait donc avoir lieu du 21 juin au 4 juillet prochain à la Galerie Fisheye à Paris. Elle sera composée de clichés réalisés par Lucrecia, une artiste et photographe argentine. Les photos sélectionnées auront comme but de retranscrire l’ambiance de chaque track de l’albums. Pour un album qui n’a pas vocation de faire danser les foules, c’est une façon innovante de le faire vivre; et on ne sait pas vous, mais nous, nous avons déjà hâte de découvrir cela !

Dans un monde où la nouveauté peut devenir ennuyante, Boston Bun démontre avec la sortie de « There’s A Nightclub Inside My Head« , qu’il existe toujours des moyens de surprendre et d’intéresser sa fanbase d’une manière originale. Il suffit d’oser et de se laisser porter par son feeling. C’est en tout cas sa manière de fonctionner, et c’est également de cette manière que l’ancien poulain de l’écurie Ed Bangers a navigué au travers d’une année 2020 pas vraiment comme les autres.

Si t’étais sur la terre en 2020, tu sais que c’était une année différente…

Boston Bun
Loys
Responsable Electro House