Release : Kölsch se rappelle à notre bon souvenir avec un EP surprise

Le maestro frappe à nouveau, et avec le même modus operandi ! Si l’on peut reprocher quelque chose à Kölsch, c’est bien sa communication, beaucoup trop minimaliste. A tel point que généralement, l’on découvre qu’un nouveau track est sorti, ce qui nous emplit d’abord de surprise puis de joie, tant l’arrivée d’un nouveau track du DJ au chapeau nous emplit de bonheur. Et pour cette sortie, Kölsch nous présente un EP 2-tracks, ‘The Great Consumer/Remind You‘, deux morceaux de son prochain album à paraître chez Kompakt.

Il s’agit de deux tracks qui ne nous surprennent pas, car nous commençons à bien les connaître : les plus fidèles auront reconnu que ‘The Great Consumer’ était l’un des ID proposés lors de son live Facebook 100% morceaux à venir. On y retrouve la patte du Danois, avec ces horns et sonorités caractéristiques qui nous transportent loin et appellent à nos sentiments les plus profonds. Il s’agit d’un morceau puissant, certes pas révolutionnaire pour du Kölsch, mais toujours efficace.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

“Remind You” out now #linkinbio #printworks 2019 #kolschofficial @kompaktrecords

Une publication partagée par Kölsch (@kolschofficial) le

Mais ‘Remind You’ retient plus notre attention, car disons-le, il s’agit d’un morceau qui aurait totalement pu être composé par Joris Voorn tant on sent l’influence dans ce dernier. Exit la techno mélodique classique : ‘Remind You’ est un morceau Deep House qui s’appuie sur un vocal sensuel mais ferme, qui nous rappelle nos histoires de coeur passées. Intervient alors la meilleure idée de ce morceau : l’adjonction de sonorités de trompette, qui confèrent un aspect jazzy à la production, qui devient irrésistible. Le track va alors crescendo, avec des snares rythmés qui accompagnent tant le vocal que la trompette, jusqu’à atteindre un climax qui ne peut pas vous laisser insensible. Ce morceau est parfait pour chiller ou pour un closing, la fin allant alors decrescendo pour laisser mourir subtilement l’instrument à cuivre.

Encore une fois nous tirons notre chapeau à Kölsch, qui, s’il ne communique pas assez sur les réseaux, sait le faire via sa musique. Bravo Maestro ! 

Crédit Photo : Flemming Bo Jensen

Amine

Amine
Responsable Tech-house