Récap : Tomorrowland 2019 WE2 – Day 2

Deuxième jour du second WE de Tomorrowland 2019. La journée s’annonçait sous les meilleurs auspices d’un point de vue line up, nettement moins d’un point de vue météo, celle-ci prévoyant de la pluie littéralement toute la journée… Alors, Tomorrowland pluvieux, Tomorrowland heureux ?

La programmation

Les Highlights de la journée ? Déjà la scène Axtone pour nous évidemment, où nous avions prévu de passer un certain temps devant la programmation très alléchante (Magnificence, Kryder, Shapov, Tom Staar… et Axwell solo !). La scène Core proposait elle aussi une programmation aux petits oignons pour les amateurs de Techno mélodieuse avec la Spectrum de Joris Voorn. Des amateurs de Techno comblés également par le show Afterlife de Tale Of Us qui investissait l’impressionnante scène Atmosphère. Avec toujours la Q Dance et une programmation Trance made by F.S.O.E de Aly & Fila qui s’occupait de la Kara Savi, il y en avait comme d’habitude pour tous les goûts. De notre côté, on attendait avec grande impatience la légende Armand Van Helden pour le closing de la Lotus.

Le lieu / les scènes

On continue notre découverte des scènes du festival avec la petite scène Leaf by JBL en plein milieu des lieux, sur un plan d’eau. Petite scène intimiste sans prétention, elle avait l’avantage d’être couverte. Une petite scène bien adaptée au style Tech House des lieux, à la production tout en sobriété.

La tente Atmosphère avait été lancée l’année dernière, elle a eu droit à quelques upgrades intéressants cette année, avec notamment ces anneaux de LEDs au dessus et en dessous du DJ Booth, ce qui donnait un effet encore plus massif aux lieux. Avec toujours ces guirlandes interminables de LEDs au plafond, qui donnaient l’impression par moment d’éclaires au plafond. Dommage que cette scène héberge une programmation uniquement tout au long du WE, même si il faut l’avouer que le style est parfaitement adapté à l’ambiance des lieux.

Une de nos scènes préférées reste encore et toujours la scène Core dans la forêt. En particulier de nuit, sous la fine pluie et à la lumière des petites lampes, la vibe et l’atmosphère des lieux est vraiment incroyable.

Retour rapide sur l’imposante scène Q Dance et son épée géante. On s’y est rendu pour admirer le Endshow, et quelle claque visuelle ! Une véritable explosion de couleurs ininterrompue.

L’organisation

Journée difficile pour l’organisation de Tomorrowland avec cette pluie ininterrompue qui a totalement contrasté avec la canicule du début du premier jour. Il semble d’ailleurs que la quantité importante de pluie qui est tombée sur le festival ait eu des impacts sur la Mainstage qui s’est vue privée d’un certain nombre d’écrans LEDs. La colline devant la Mainstage s’est elle retrouvée très difficilement praticable forcément car très boueuse, se transformant en piste de ventriglisse pour les plus téméraires.

Tous ces contretemps n’empêchent pas le festival de garder son niveau d’exigence élevé en termes de qualité et confort de festivaliers. On pu observer notamment toute la journée le staff continuer à ramasser inlassablement les déchets dans tout le festival malgré la pluie battante et on tient à tirer notre chapeau à tous ces employés qui ne font pas un travail facile mais infiniment appréciable. Quand aux problèmes techniques de la Mainstage, il semble qu’ils soient réglés. En ayant fait un petit tour dans le festival avant l’ouverture, on a pu voir les techniciens travaillant sur la structure. A souligner aussi, la distribution de ponchos gratuites par le festival, bon point.

Le public / l’ambiance

Gros point d’interrogation en début de journée : quid de l’ambiance dans le festival face à la météo annoncée ? Forcément cela s’est ressenti, en début de journée, avec une arrivée timide des festivaliers sur les lieux, et la majorité cherchant à rester sur les scènes couvertes ou semi-couvertes. Pour prendre l’exemple de la Freedom Stage, les différentes tonnelles présentes dans la fosse ont rapidement été prises d’assaut pour rester pleines toute la journée. Une scène comme la Atmosphère a aussi eu son petit succès du coup pour réchauffer les corps.

Mais c’est aussi ce qui a permis de se rendre compte une nouvelle fois du pouvoir de la musique. Cela peut paraitre un peu niais dis comme ça, mais ce sont bien les différents sets d’exception qui ont jalonné la journée qui ont mis le public en fusion. On pense notamment à Axwell et à Armand Van Helden, où le public semblait comme hypnotisé par les sets, oubliant totalement qu’il était trempé de la tête aux pieds.

Les sets

Magnificence

Les Magnificence ne pouvaient pas avoir pires conditions pour une première à Tomorrowland. Alors que la Freedom était délocalisée dehors à cause de l’effondrement du toit, c’est un véritable déluge qui s’est abattu aux premières notes de leur set. Les quelques courageux dont nous faisions partie ont quand même pu apprécier un set 100% Magnificence sound incluant notamment leurs plus gros hits comme Cobra ou encore Control. Ils ont également dévoilé 3 ou 4 IDs très lourdes, et notamment une collab avec Sunnery James & Ryan Marciano. Bref l’un des très bons sets du week-end.

Chocolate Puma

Les « papys » Chocolate Puma sont toujours là et bel et bien toujours en forme. Signés récemment chez Axtone avec la bombe ‘Zhong’ en compagnie de Carte, le duo a livré un set pas évident à un moment où la foule avait encore du mal à se chauffer à cause de la pluie. Ambiance à mi chemin entre Tech House et Future, vraiment un gros set pour monter doucement en pression.

Kryder

Valeur sûre de la scène Axtone chaque année, bien qu’il n’y ait rien signé depuis un moment, Kryder a encore une fois fait le boulot comme il faut dans son style habituel : des mashups maison à foison, quelques IDs bien senties, un style oscillant toujours entre House Tribale et Prog, et le tour est joué !

Shapov

Un moment que l’on avait pas vu le russe, et même si c’est un artiste que l’on a toujours affectionné on ne savait plus trop à quoi s’attendre. Et bien quelle performance ! Shapov a offert pas moins de 6 IDs au public pour un set de très très haute volée, avec en point d’orgues ses hits ‘Party People’, ‘Some People’ ou la toujours aussi explosive ‘Vavilon’.

Axwell

Un set d’Axwell solo est toujours un petit événement. En effet, quand le Swedish se retrouve seul devant les platines une espèce de connexion s’effectue et la magie opère immédiatement. Ces performances deviennent malheureusement beaucoup trop rare à notre goût… C’est la raison pour laquelle le voir sur sa propre scène (Axtone Stage) à Tomorrowland est quelque chose d’immanquable maintenant !

Qu’est ce qu’on pouvait vraiment espérer de la part du membre de la Swedish House Mafia ? Si on se réfère à son début d’année plus que productif, quelque chose nous disait qu’un bon petit retour à la House Music ne serait pas si farfelu que ça… Et bien notre raisonnement s’est totalement confirmé. C’est sur une Freedom Stage revisitée à l’extérieur et full à 100% pour la venue du suédois qu’on a pu assister un set absolument exclusif d’Axwell. 1h15 d’ID’s House, de ses dernières productions (d’une ou deux ID’s de la Swedish House Mafia) et de nouveaux mashup. L’ensemble de la prestation du suédois était vraiment incroyable et on s’est mangé claque sur claque du début à la fin. Le Axwell des débuts est de retour et QUEL BONHEUR !

Luuk Van Dijk

La petite promesse Tech House néerlandaise signait là son premier Tomorrowland ! Placé sur la Leaf by JBL, invité par Franky Rizardo, Luuk van Dijk jouait à une heure très propice (17h). Son set réunissait tous les ingrédients du set tech house parfait : des éléments de micro au départ, des classiques, des club weapons. La foule dansait sans retenue, malgré la pluie battante ! Le jeune DJ a également playlisté pas mal de ses compositions (son remix de Keriythm, Dimension, Parallax), avec chaque fois, un public qui reconnaissait le son et le fredonnait. En somme, voilà une première très réussie pour Luuk van Dijk. En espérant le voir l’année prochaine, sur une scène encore plus importante, ou chez ses amis de Paradise ?

Patrice Baümel

Patrice Baumel bénéficiait d’un cadre idyllique pour poser sa techno envoûtante : une forêt sous une pluie continue mais légère, des jeux de lumière et des lampions, ainsi qu’une ambiance formidable. L’allemand n’a  dès lors pas chômé, et a délivré pépite mélodique sur pépite mélodique. Le moment auquel a retenti son remix de Gazebo valait clairement le détour, tellement le temps semblait suspendu lors de ces notes. Un set excellent, auquel Joris Voorn aura facilement pu succéder !

Tom Staar

Nouveau détour par la scène Axtone avant la fin de la journée pour Tom Staar. Et dieu que ça valait le coup ! Le britannique nous a mis une très très grosse claque, jonglant entre la House aux accents très Acid, la Prog et la Tech, le set a été une distribution d’énergie ininterrompue. L’enchainement ‘Come Together’, ‘Drift’, ‘Bora’ particulièrement a été un vrai moment de jouissance. Un set à réécouter d’urgence quand il sera disponible pour savourer les IDs présentées.

Armand Van Helden

C’est un euphémisme de dire qu’on l’attendait ce set ! Armand Van Helden est une vraie légende de la scène House, auteur de plusieurs tubes intemporels, et ça avait été un grand regret pour nous de le rater l’an dernier. Direction donc la scène Lotus, qui sonnait un peu creux pour l’occasion, mais alors c’était loin d’être un soucis tant l’ambiance était incroyable. Tout le public était en fusion et dansait sur les rythmes housy de l’américain qui enchainait classique sur classique. La transition ‘Lady’, ‘Music Sounds Better With You’, ‘Around The World’ en particulier, nous a laissés sur le cul tout en étant un magnifique hommage à la French Touch. Une scène Lotus qui avait lâché les cheveaux pour ce closing, tout le début du set ayant droit à des effets pyros sur quasiment chaque drop. Le closing sur ‘You Don’t Know Me’ a fini de nous achevés, un énorme set vraiment.

DJ Snake

Comme lors du week-end 1, DJ Snake avait pour rôle de clôturer ce day 2 sur la Mainstage. Une partie de l’équipe s’y est rendue pendant que l’autre était sur Armand Van Helden et que ça fait plaisir d’entendre un set comme celui la ! C’est simple, pendant plus de la moitié du set du français, c’était un enchaînement de gros bangers : la sublime « Butterfly effect » en intro, « Propaganda », « Quiet Storm » ou encore « Southside ». Tous ces titres sont d’ailleurs présents dans « Carte Blanche », le nouvel album de DJ Snake. Pour clôturer ce set d’anthologie, forcément les deux derniers gros tubes du DJ : « Loco Contigo » et « Taki Taki ». Dommage qu’une partie de la mainstage se soit vidée pendant le set..

Dernier round aujourd’hui !

📷 S.Camelot

La Team Guettapen

Bulbi
Responsable Interviews