À la découverte de la scène électro anglaise : les artistes à suivre

Depuis bien des années déjà, la scène électronique au Royaume Uni est dotée d’une richesse incroyable ainsi que d’une grande éducation qui découle d’un héritage riche. Outre manche, la scène house n’en fait clairement pas exception et c’est sur cette dernière que nous allons nous attarder aujourd’hui. Et si on commençait par un peu d’histoire ?

Introduction

La fin des années 80 et les années 90 ont été un âge d’or pour les DJ et pour des milliers de jeunes britanniques : c’est l’époque de l’essor de la musique électronique. Alors que des vagues de protestations, principalement organisées par les classes ouvrières, commençaient à apparaître partout dans le pays, la musique électronique pointait donc le bout de son nez. Portée et popularisée par les raves, ces fêtes illégales étaient le moyen parfait pour des milliers de jeunes de mettre de côté leurs problèmes quotidiens. Du moins le temps de quelques heures.

Emmenée par l’acid house, dont le Roland TB-303 était le fer de lance, et les premières raves, la musique électronique s’est alors développée au fil du temps en créant toutes sortes de sous-genres.

Pour tous les amateurs de musique, ce court documentaire devrait retenir votre attention. La BBC partage ici des images d’or qui capturent l’émergence des raves et de l’acid house au Royaume-Uni à la fin des années 80 mais également des raves au fil des décennies. Vous pourrez connaître l’histoire de la musique électronique, son impact large et positif sur sa génération à l’époque mais aussi sur les nouvelles générations aujourd’hui.

La rave est ainsi devenue malgré elle, l’essence même de la tendance underground. Se réunir et danser non-stop sur tous les types de musique électronique, créant une atmosphère à la fois magique et percutante.

Aujourd’hui, la scène électronique s’est émancipée et s’est très largement démocratisée tout en gardant les mêmes valeurs de l’époque des années 80/90 à savoir l’ouverture d’esprit, le respect, la mode, la passion pour la danse et celle de la musique bien entendu. Si cela vous intéresse, on vous recommande le reportage ci dessous. ‘Better Days : The Story of UK Rave‘ revient sur les débuts de la scène rave au Royaume-Uni puis sur 30 ans d’histoire jusqu’à nos jours, en retraçant la diffusion progressive des musiques électroniques dans le pays.

C’est de cette riche histoire que la scène actuelle se nourrit donc et c’est de cette scène actuelle que nous allons parler aujourd’hui. Chez Guettapen, chacun a ses préférences. Elles évoluent avec le temps, l’âge et les tendances du moment. Mais nous sommes de plus en plus nombreux à aimer cette scène UK teintée de fantaisies et de nostalgie. Elle est pourvoyeuse de nombreux talents à l’image de notre bonne vieille France.

Malgré cela, nombreux sont ceux dont le nom reste méconnu voire inconnu dans l’hexagone malgré un talent évident et une hype grandissante. Focus donc aujourd’hui sur ces talents made in UK dont une partie de l’équipe est devenue complètement accro.

Krystal Klear

Declan Lennon de son véritable nom, est un producteur originaire d’Irlande. Pour ceux qui ne connaîtraient peut-être pas l’artiste, Krystal Klear est notamment à l’origine des titres ‘Neutron Dance‘ et ‘Piano Banana‘. Deux morceaux parmi les plus identifiables sur la scène house récente. Sortis respectivement en 2018 et 2021, ils sont tout deux d’une simplicité structurelle déconcertante. Leurs mélodies à la fois entêtantes et euphoriques en font des armes redoutables pour enflammer les foules. Les arrangements mélodiques, ainsi que les quelques ajouts subtils maintiennent l’auditeur en haleine tout du long. C’est finalement ce qui définit le son de Declan. Un son à la fois riche et facilement identifiable. Il y a une chaleur, une âme, un désir de faire bouger les gens dans ses productions.

Ces deux titres, en particulier ‘Neutron Dance‘, ont indéniablement été des sorties pivot pour sa carrière. Avec un premier EP parut en 2010, on peut dire que l’irlandais a parcouru du chemin. En un peu plus de 10 ans, il a su s’imposer comme un acteur incontournable de la scène house. Avec une musique qui puise son inspiration au travers du disco, de l’italo, de l’électro, de la house new-yorkaise et des premières heures de la acid/rave britannique, sans oublier la new wave ou encore la garage / techno. Le moins que l’on puisse dire c’est que le cocktail est généreux. Un cocktail que l’on pourrait même facilement qualifier d’explosif et qui se retrouve aujourd’hui être reconnaissable entre 1000. Un mix rapide et simple offrant tout ce dont l’auditeur a besoin pour rester accroché, et tout ce dont les clubbers ont besoin pour garder leur énergie.

Depuis 2018, le détenteur de Cold Tonic Records ne chôme pas. Il enchaîne sortie de single et EP en explorant l’ensemble de ses influences. Ainsi, nous avons notamment eu le droit à 2 EP qui nous ont particulièrement séduits que sont ‘Euphoric Dreams‘ et ‘Connecté‘. Fin 2022, le natif de Dublin nous a une fois de plus charmés avec la sortie d’un nouvel EP nommé ‘Essentia’ que l’on vous recommande chaleureusement. Il fait aujourd’hui parti de ces artistes en pleine ascension sur la scène UK actuelle malgré une présence de plus de 10 ans sur la scène électronique.

Patrick Topping

Patrick Topping, fondateur du désormais reconnu label Trick Records a pris un envol spectaculaire durant l’année 2022. Il est ainsi devenu l’un des artistes ayant le plus grand engouement outre manche. C’est simple, chaque événement du label affiche complet en l’espace de quelques heures seulement. Mais avant cette popularité grandissante, Patrick Topping a dû passer par bien des chemins.

Pour lui, tout a débuté en 2013 à Ibiza. A cette époque, il fût invité au DC-10 par Jamie Jones afin d’y réaliser sa première date en tant que DJ professionnel. C’est également en 2013 que le British sort ses deux premiers EP à savoir ‘Walk On‘ et ‘Any Amounts‘. Dix ans après, Topping garde un fort attachement à l’île blanche sur laquelle il a d’ailleurs concrétisé la première résidence de son label l’été dernier à l’endroit même qui l’avait accueilli pour sa grande première. Une consécration pour le producteur originaire de Newcastle dont le décollage a réellement débuté avec la sortie de son EP ‘Be Sharp Say Nowt‘ en 2017 et l’explosion du titre du même nom dans les semaines et mois qui ont suivi.

Bien que Topping se soit ainsi inscrit dans la tradition de la tech-house via ses premières releases, il n’a pas été particulièrement influencé par le nexus londonien du même registre des années 90. Le producteur britannique tire en fait ses influences de la « Mákina » : une variante espagnole de la techno hardcore qui a émergé dans les années 90 et qui oscille entre 150 et 190BPM. Le style, qui était très largement populaire dans le nord de l’Angleterre et en Ecosse, est d’ailleurs toujours très apprécié et écouté dans ses régions. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle il s’amuse aujourd’hui à jouer dans ses sets des morceaux de hard house, de rave, ou même de trance. Un cocktail pour le moins explosif dont on a pu faire les frais en octobre dernier lors de notre venue au Beams de Londres.

Depuis 2017 et l’explosion de ‘Be Sharp Say Nowt‘, il a cependant pris ses distances vis à vis de la tech house qui l’a pu faire connaître en orientant ses productions dans de nouvelles directions. On a notamment pu le remarquer via ses titres ‘Shake My Booty‘ ou encore ‘Keep On Mooving‘.

My Friend

Parmi cette scène UK dont on raffole de plus en plus, un duo londonien nous a particulièrement séduits : My Friend. Composé de James et Archie, le projet My Friend est un projet récent malgré leur rencontre datant de plus de 10 ans maintenant. Nous sommes en 2011, James et Archie étaient alors DJ à Oxford. Les deux Londoniens ont rapidement lié une forte amitié, scellée par un amour partagé pour la musique. Il faudra attendre 2018 pour que les deux amis se décident à lancer My Friend. Né comme un véritable projet passionnel, My Friend a tout de suite séduit la scène UK par un son unique, juxtaposant avec brio des mélodies à la fois euphoriques et d’une profondeur entraînante. Ils brouillent ainsi les lignes entre house, techno et progressive.

Très vite, ils se font repérer par Danny Howard’s. Le Britannique qui anime différents podcasts sur BBC Radio 1, est l’une des personnalités les plus influentes de la scène électronique au Royaume-Uni, avec une aura qui dépasse très largement les frontières du pays. C’est ainsi que lors d’un podcast ‘Future Fire’ animé par le Britannique en 2018, My Friend est cité comme projet à suivre.

La suite : un premier EP signé chez Fly Boy Records (label du duo anglais Icarus) dont l’un des deux titres, ‘Solace‘, connaît un franc succès avec aujourd’hui plus de 7 millions de streams. La facette progressive de leur son leur vaut également la signature de 4 EP chez Anjunadeep. Au total, en l’espace de 4 ans, les deux Londoniens ont sorti pas moins de 15 singles et un nombre similaire d’EP comprenant au minimum 2 tracks. Leur dernier coup de maître ? S’être fait solliciter par Armada pour la release de leur dernier titre ‘Dou McQaid‘ ! On vous prévient tout de suite, vous risquez d’en entendre parler dans les prochaines années.

Ben Hemsley

Ben Hemsley. Sans hésiter l’un de nos coups de cœur de l’année 2022. C’est simple, le jeune British a littéralement explosé sa popularité outre manche, notamment via son titre ‘Erase Me’ joué absolument partout au Royaume-Uni. Originaire de Newcastle, ce jeune producteur s’impose petit à petit comme l’un des nouveaux talents les plus excitants de la scène UK. Il connaît depuis 2019 une ascension spectaculaire.

Repéré par Lee Foss, le fondateur de Repopulate Mars n’a pas hésité une seule seconde à signer la première release du jeune Ben sur son label. Ainsi, en mai 2019, ‘Caress Me’ voit le jour. Premier titre et premier succès instantané, atteignant la 7e place du classement Tech House de Beatport et la 15e place du classement général. Cette performance remarquable a valu à Ben Hemsley d’être appelé par Danny Howard (il a décidément un certain talent pour dénicher les pépites de demain) sur BBC Radio 1 pour une interview en direct, avant qu’il ne joue le titre pour la toute première fois sur les ondes britanniques. Le morceau a par la suite bénéficié d’un support sans précédent, joué notamment par Green Velvet, Eli Brown, Michael Bibi ou encore Patrick Topping, pour ne citer qu’eux.

Entre 2019 et 2022, Ben Hemsley a ainsi sorti pas moins de 28 titres sur divers labels, tous plus prestigieux les uns que les autres. Parmi ces derniers on compte notamment Ministry of Sound, Sola, Trick ou encore Armada. Avec ses mélodies séduisantes et ses saveurs de nostalgie rave old school teinté de trance, Ben Hemsley a mis des années à travailler un son qui lui corresponde dans tous les sens du terme. Un son qui porte l’héritage de la scène électronique britannique navigant donc avec brio entre house, techno, rave, acid et trance.

C’est également durant ces années qu’il a pu mettre en pratique ses compétences derrière les platines et a rempli au fur et à mesure les salles de sa ville natale, devenant rien de moins qu’un héros local ! Et il n’a pas fallu longtemps pour que le jeune British se retrouve à jouer aux côtés de Patrick Topping. Playlisté par Calvin Harris via son remix de Donna SummerI Feel Love‘ en 2021, il a depuis pu voyager à travers tout le Royaume-Uni mais également bien au-delà avec ses récents débuts aux Pays-Bas ou à Ibiza.

Ewan McVicar

Au fil des ans, l’Écosse a vu naître de nombreux DJ et producteurs de talent. Il faut dire que la nation du nord du Royaume est un terreau parfait à l’égard de l’art de la musique électronique. L’Écosse est en effet un pays dont l’histoire avec la scène clubbing est à la fois riche et exceptionnelle, entraînant avec elle des ravers extrêmement passionnés et, par-dessus tout, une grande liberté d’expression à travers de nombreux débouché culturels. Ewan McVicar est l’un des derniers phénomènes en date qui s’apparente à un porte-étendard pour la nouvelle génération de la scène écossaise.

Nommé dans la catégorie ‘Breakthrough DJ’ aux DJ Mag Best of British Awards en 2020, il gravit rapidement les échelons. Son single ‘Tell Me Something Good’, a eu un succès phénoménal et a ainsi remporté deux prix en 2021 : ‘Track of the Year’ aux DJ Mag Best of British Awards et le tout premier ‘Electronic Track of the Year’ de BBC Radio 1. Son succès témoigne des années d’apprentissage de son art et d’un engagement frappant à ne pas rester dans une seule voie.

Avoir une identité musicale dans le paysage moderne de la musique électronique peut sembler être un facteur clé de succès et s’en écarter peut souvent être considéré comme problématique. Mais Ewan McVicar, lui, n’adhère pas à cette idée et la critique d’ailleurs ouvertement. Il cultive ainsi une certaine diversité en termes de production musicale et n’hésite pas à sortir des sentiers battus. Pour preuve, il ne se contente pas de sortir des morceaux sur un seul label et privilégie la pluralité de ces derniers. On peut ainsi citer ces sorties sur Trick, mais également Nervous Records, Higher Ground (label de Diplo) et bien d’autres encore.

Il joue aujourd’hui dans tous les plus gros festivals du Royaume-Uni comme Creamfields, Parklife, Fly Open Air ou encore Life Festival + Secret Garden Party pour ne citer qu’eux. Un phénomène qui risque fortement de traverser la manche pour envahir le vieux contient et que l’on va continuer à suivre de près !

Ejeca

L’Irlande est définitivement une terre de talent il n’y a aucun doute là-dessus. Car c’est de Belfast qu’est originaire le producteur et DJ que l’on va vous présenter ici. Ejeca, également connu sous son alias Trance Wax est un artiste qui a le vent en poupe. Un talent de plus made in UK qui réussit à tracer sa route dans une industrie de plus en plus saturée avec non pas un, mais bien deux projets distincts. Passionné de musique depuis son adolescence, il se met très vite à produire ses premiers morceaux et enchaîne rapidement avec la montée en compétence de ses talents de DJ.

La musique d’Ejeca s’est construite sur les fondations de la House en y incorporant des éléments de trance, de breakbeat et d’acid, qui pulsent à travers des arrangements percutants. On y retrouve également toujours une ligne de synthé mélodique qui s’élève vers des hauteurs éphémères tandis que des lignes basses grondent dans les profondeurs.

En 2014, Ejeca créé d’ailleurs son propre label Exploris afin de mettre en avant ces sonorités si particulières. Il y signe notamment des artistes comme Dema ou Chris Hanna.

Sa fascination pour la production a donc commencé dès son plus jeune âge et ce travail de longue haleine s’est senti dès ses premières sorties, comme l’édition limitée du vinyle ‘Tusk Wax Five EP’, et son travail avec son compatriote irlandais du Nord, Bicep, sur AUS. Après de longues années de travail acharné, son décollage fût réellement amorcé lorsque 2 de ses morceaux furent nommés ‘Essential Tune of the Week’ dans l’émission de Pete Tong sur BBC Radio 1.

Aujourd’hui, Ejeca est un nom fermement établi en tant que fournisseur réputé de house et de techno de haute qualité, et bénéficie notamment du soutien des principaux faiseurs de goût tels que Sven Väth, The Black Madonna, Kolsch, Joris Voorn, Laurent Garnier, Bicep ou encore Maya Jane Coles. Il maintient ainsi un calendrier de tournées mondiales, continuant à sortir des morceaux de façon régulière autant sous via Ejeca que son alias Trance Wax qui fait d’ailleurs fureur auprès des principaux acteurs de la scène trance.

Une scène déjà mature

À la vue du titre de cet article, on pourrait penser que la scène électronique britannique est une scène naissante, jeune ou qu’on la découvre tout juste. Mais détrompez-vous, si l’on tenait à vous la présenter aujourd’hui, c’est bien parce que l’on s’y intéresse depuis quelques années maintenant. C’est une scène qui fourmille de talents et de newcomers dont les sonorités trouveraient – on en est convaincu – facilement leur public en France.

Printworks Londres

Malheureusement, cette dernière n’est pas assez souvent mise en avant. Ici, nous avons souhaité vous présenter un échantillon d’artistes déjà bien établit comme Krystal Klear, Ejeca ou Patrick Topping avec les phénomènes du moment que sont Ben Hemsley, My Friend et Ewan McVicar. C’est une scène historique du mouvement électronique et l’on se devait de vous la présenter avec nos coups de cœur. Impossible de citer l’ensemble des noms de la scène mais si votre curiosité vous pousse à en connaître plus, on vous conseille de garder un œil sur nos réseaux. Une playlist dédiée à la house made in UK devrait voir le jour très prochainement !

Ambassadeur Guettapen dans l'Ouest de la France, retrouvez moi en club à Nantes ou à Paris et en festival au travers de l'Europe. Amateur de douceur mélodique et de kick techno, je garde un amour inconditionnel pour les rares pépites électro house qui pointent encore le bout de leur nez.