Notre Top 15 des livestreams de 2020

Ah cette année 2020 .. privée de ses festivals, concerts, soirées et autres moments chaleureux bercés de musique qui nous remplissaient autrefois de bonheur. Malgré ce vide qui nous a tous gagné peu à peu, les artistes et autres professionnels du milieu n’ont quant à eux pas baissé les bras et ont, pour certains, rivalisé d’imagination pour nous proposer des livestreams de très grande qualité et originalité. 

Le Top que l’on vous présente aujourd’hui n’a pas pour objet d’établir un classement de la 1ère à la 15ème place, mais bien de vous proposer une sélection des lives que l’on a jugé le plus qualitatif à l’image des Guettapen Awards. De la production générale du live, à l’atmosphère qui s’y dégage, au lieu choisi en passant par la qualité de la tracklist, voici nos critères pour ce top 15 des livestreams qui nous auront marqué durant l’année 2020. 

RÜFÜS DU SOL – Live from Joshua Tree

On commence d’entrée de jeu avec le live de Rüfüs Du Sol réalisé dans le parc national de Joshua Tree en Californie. Le groupe originaire de Sydney nous livre ici une performance époustouflante aux dernières lueurs du jour, avec cette impression d’être seul au milieu du désert. Durant ce live hors du temps, les Australiens ont déployé leurs hits les plus marquants et leurs dernières compositions dans un cadre idyllique qui invite au voyage ainsi qu’à l’évasion. Mention spéciale à l’intro sur Eyes, progressive au possible, qui lance parfaitement la prestation; ainsi qu’à la magnifique Innerbloom, qui voit ses effets déjà formidables décuplés à la tombée de la nuit, cette dernière révélant une scénographie faite de bâtons lumineux.

Ben Böhmer – Live above Cappadocia in Turkey for Cercle

On continue notre tour du monde avec la majestueuse performance de Ben Böhmer pour Cercle en Turquie, notamment récompensée lors de nos Guettapen Awards. Une performance une fois de plus coupée du monde mais surtout à couper le souffle. L’allemand, boss de Ton Topferei, a délivré un set live magistral à bord d’une montgolfière. La musique y est à la fois excellente, douce, et raffinée; mais la vue qui s’offre à nous vient ajouter une touche de poésie unique en son genre. Imaginez de la Deep/Melodic House, avec des ballons à air chaud et un paysage à perte de vue. C’est ce que nous ont donc proposé les équipes de Cercle, passés maître dans l’art de nous proposer des livestreams mettant en avant une atmosphère et un lieu qui colle avec la direction artistique d’un producteur. 

Kölsch – Live from Copenhill

Après la Turquie, direction le Danemark où Kölsch nous a délivré une expérience visuelle et auditive absolument jouissive. Lancé sur la vague des livestreams à cadre sublime, le producteur au chapeau s’est également prêté au jeu et a mixé au sommet du réacteur écologique de Copenhill au Danemark. Durant 1h au couché de soleil, Rune Reilly Kölsch nous ravit les oreilles avec un set constituée à majeure partie d’IDs. La vibe qu’il distille colle parfaitement à l’atmosphère et l’ambiance qui ressort des images de ce live. Nous saluons au passage le travail des équipes du Danois ainsi que celles du Hï Ibiza/Ushuaïa Ibiza, lesquelles se sont alliées afin de proposer une expérience visuelle hors normes, fondée sur des plans de drones sublimes, et de passer un message important quant à l’avenir de notre planète.  

Martin Garrix – Live on Dutch Waters

On descend un peu l’Europe avec un arrêt aux Pays-Bas. Après un livestream sur son balcon, puis un livestream sur le toit de la célèbre A’dam tower à Amsterdam, le hollandais Martin Garrix a vu encore plus grand. Cette fois-ci, à l’instar de son ami Oliver Heldens, il a décidé de faire son live sur un bateau glissant sur les rivières et canaux proches d’Amsterdam. Et les moyens techniques mis en place par la team Garrix sont assez impressionnants : plusieurs bateaux pour la gestion du live et du trafic, un hélicoptère et plusieurs drones pour capter les images. Pas très écolo mais absolument impressionnant pour un livestream. Le rendu est exceptionnel si l’on rajoute à cela le final du live qui dégage une atmosphère unique ! Côté tracklist, pas mal d’ID y avait été jouée, notamment de Matt Nash, Matisse & Sadko ou encore YTRAM

D-Block & S-te-Fan – Live Defqon.1 at Home 2020

On reste aux Pays-Bas avec cette fois-ci le live que D-Block & S-te-Fan nous ont proposé à l’occasion de la version virtuelle du Defqon 1. Comment ne pas choisir un set de cette édition “Stay at Home” de Defqon 1 pour notre top 15 de l’année tant la production du show a été grandiose. Sans parler du closing qui nous a été offert sur le célèbre titre de Queen, et qui a eu un écho tout particulier en ces temps troublés : The Show Must Go On ! Il n’y a pas à dire, les équipes de Q Dance savent comment régaler nos yeux. Un excellent set de la part du duo qui a su nous régaler durant presque 1h.

Tchami – Elevation Sunrise Liveset (Miami)

Fini l’Europe, direction les Etats-Unis avec un premier arrêt à Miami pour la prestation live de Tchami depuis le sommet du One Thousand Museum, un des plus hauts gratte-ciel de Magic City. Les plans drones et la vue qui s’offre à nous sont tout simplement exceptionnels. Après un album qui a réussi à mettre tout le monde d’accord, notre prêtre favoris se prête à nouveau au jeu du livestream à la suite de son B2B avec Dr Fresh. Le set d’une heure reprend ici le concept de la tournée « Elevation Tour » entamée en début d’année en initiation du cycle de l’album. Un set entamé dans les dernières minutes de la nuit floridienne se concluant au levé du soleil avec un panorama d’exception bercé par une tracklist aux petits oignons. La quasi totalité de l’album est playlisté au milieu de quelques tracks signées Gibson Parker, Malaa & Habstrakt, Dr. Fresch & Marten Horger ou encore Motez. On note également la présence de la fameuse « Webster Hall ID » datant de 2015 qui est disponible en bonus track de l’édition vinyl de l’album !

SLANDER – VIRTUAL VIBES 2020 

Après Miami, direction le désert de Burning Man où le label de Slander et NGHTMRE aka GUD VIBRATIONS a décidé de mettre en place leur propre festival, j’ai nommé le Virtual Vibes ! On peut dire que ce live n’est clairement pas un live ordinaire. De l’obscurité à la lumière, le duo Slander a délivré 1h30 de pure Bass au levé du jour à l’aide d’une tracklist extrêmement fournie principalement composée de leur propre titres mais pas que ! On retrouve des ID’s, des remix le tout entremêlé d’artistes comme Dimension, Delta Heavy, RIOT, Excision ou encore Must Die pour ne citer qu’eux. Mais ce qui fait l’originalité de ce live c’est réellement le set up mis en place ici. Un DJ booth installé en plein milieu du désert avec pour décore arrière le visage imposant d’une créature de la mythologie grecque : Méduse ! Cette dernière étant pleinement équipé en pyro pour un rendu visuel des plus bluffants !

Gryffin – Digital Mirage

Direction Los Angeles et le bord de la piscine de Gryffin avec vue sur mer pour ce 8ème live. Comment ne pas évoquer le premier festival virtuel du premier confinement de l’humanité dans ce top ? Eh bien c’est ce à quoi nous allons remédier avec la performance de Gryffin réalisé lors du Digital Mirage, organisé conjointement par Proximity et le collectif Brownie & Lemonades. Ce live a une place toute particulière pour nous, s’illustrant comme la performance la plus marquante du festival, nous faisant oublier l’espace d’un instant les heures étranges que nous vivions. La vue sur mer était alors des plus dépaysante pour les êtres confinés que nous étions, se déroulant 2 semaines après un Ultra Miami qui s’annonçait inoubliable. La tracklist excellente et la première mondiale de son titre Cry rajoute à la qualité de ce live qui rejoint ainsi notre top 15.

Dom Dolla – Live from Melbourne

On prend à nouveau l’avion direction l’Australie pour ce nouveau live. Un arrêt à Melbourne semble se dessiner pour la prestation de Dom Dolla à l’occasion du Untitled’s Virtual Day Party. Dom Dolla, qui est en pleine ascension depuis la sortie de son titre ‘Take It’ en 2018, nous offre ici un mix house / tech house totalement kiffant. Enregistré dans un entrepôt, la vibe y est incroyable. Accompagné d’un show light et laser très bien disposé, Dom Dolla nous régale les oreilles avec un groove incroyable durant une heure de set et ne manque pas de profiter du moment pour nous lâcher quelques IDs. Un pur régal !

Meduza – Selected Sessions

On reste dans un registre house, mais cette fois-ci en direct de l’Islande. Les équipes de Selected n’ont pas chômé pour nous proposer un live dans un cadre exceptionnel accompagné à cette occasion par l’un des membres du trio montant Meduza. Cette session se déroule dans le sud profond de l’Islande, entouré de centaines de kilomètres de sable noir et de montagnes. Un set qui se situe ici encore à l’aube, avec des couleurs à couper le souffle. Loin de la civilisation, exposé aux éléments bruts, le lieu de cette Session semble venir d’une autre planète. Il rend ainsi hommage à cette année et aux défis qu’elle nous a présentés. La tracklist est majoritairement composée de titre propre à Meduza, d’edits ou encore de remix de leur propre composition qui colle parfaitement au lieu et à l’ambiance qui s’y dégage.

Nora En Pure – LIVE from Gstaad (Switzerland)

On reste en plein air avec le mix de Nora En Pure réalisé en Suisse dans un cadre absolument idyllique. L’heure n’a pas été choisi au hasard avec un set débutant en fin d’après-midi afin que le podcast se poursuive à la tombée de la nuit. Enregistré à l’occasion du 200ème épisode de son podcast Purified, le live de 2h30 se situe donc au pied d’une cascade, en plein coeur des montagnes suisses. La nature et de la deep house, quoi de mieux comme association ? Pour accompagner le style musicale si doux et enivrent de la suissesse, le visuel proposé devait être parfait. Ainsi, quelques ID de Nora en Pure, du Mees Salomé, ainsi que d’autres noms comme Einmusik ou Daniel Portman sont associés à des prises de vue très qualitatives, des plans drones remarquables, ainsi qu’une mini scénographie à base de barres LED une fois la nuit tombé, qui n’est pas sans rappellé ce qu’avait fait RUFUS DU SOL pour leur live au sein du désert de Joshua Tree.

Above & Beyond – Live on The River Thames, London

Retour à la civilisation avec Above & Beyond qui nous embarque pour une descente de la Tamise à l’occasion du 400ème épisode de leur podcast Group Therapy. A cette occasion nous avons le droit à un total de 4h de sets et 70 tracks. Les membres du trio se relayaient ainsi chacun leur tours aux platines afin de balayer le catalogue Anjuna dans toute sa richesse, sa qualité et sa diversité d’ambiance. Dans sa structure, la premiere heure et demi de set est dédiée au son Anjunadeep avec des sonorités planantes et un groove plus deep-progressive house. Puis les sonorités plus Trancy se font entendre progressivement. Le rythme s’accentue progressivement. Les basslines électrisantes et punchy se font de plus en plus sentir. Le son Anjunabeats dans toute sa splendeur ! Le groupe distillant quelques uns de leurs classiques par-ci par là comme « Blue Sky Action » ou « Sirens Of The Sea » mais le plus souvent en version remix. Le set se terminant par une traversé du Tower Bridge et une projection murale avec l’inscription « Music Unites Us All – (La Musique nous unit) ». Magistral.

Joris Voorn – Live Mysteryland 2020

On traverse la manche et on prends à nouveau la direction des Pays-Bas avec un arrêt dans les environs d’Amsterdam pour l’édition digital de Mysteryland. Le festival néerlandais nous proposait cette année un live d’une très grande qualité et originalité, avec des sets à bord de montgolfières au design des plus originaux. A la nuit tombé, le site d’atterrissage révèle l’ampleur de la production mise en place avec du light, des lasers et de la pyro dans tout les sens. Les ballons utilisés dans la journée restent quant à eux légèrement au dessus du sol et sont éclairés de toute part. Joris Voorn réalise ainsi son set à bord d’un ballon en forme de coeur qui se situe légèrement au dessus du sol. L’ambiance qui y règne semble irréel. La techno que distille le Dutch nous emporte très rapidement et on se surprends à déguster ce live majestueux autant visuellement que musicalement sans s’apercevoir du temps qui passe.

Oliver Heldens – Live from The Royal Concertgebouw (Amsterdam)

De retour en plein coeur d’Amsterdam où l’on retrouve Oliver Heldens en maitre de cérémonie pour un live depuis le Concertgebouw, un lieu pour le moins atypique, qui se trouve être le domicile du Royal Concertgebouw Orchestra. Le lieu d’exception qui a donc accepté la venue du boss de Heldeep Records à l’occasion de la seconde édition du Digital Mirage, donne un réel cachet au live de ce dernier. La tracklist de second livestream est tout aussi excellente que celle du premier. On y retrouve en très grande majorité des titres exclusifs à Heldens. La première partie du set se situe dans un registre plus « mainstream » sous la direction de son alias principal « Oliver Heldens ». La seconde moitié, plus orienté « underground » sous la direction de son autre alias HI-LO est tout bonnement excellente. Une partie plus orienté techno donc dans laquelle on peut entendre entre autre ses dernières production comme Kronos ou encore Zeus.

David Guetta – Live Amsterdam Music Festival 2020

On reste à Amsterdam pour ce dernier live de notre top 15 de l’année avec la performance de notre David Guetta national lors de l’AMF 2020. Alors tout juste récompensé de sa 1ère place au Top 100 DJ Mag, notre frenchy a livré un set d’une très grande qualité accompagné d’une production made in ALDA forcément elle aussi très qualitative. Un mix d’une très grande classe pour l’un des artistes de l’année ou il a fait la part belle à la future rave mais aussi et surtout à des sonorités plus orienté sous son alias Jack Back avec de nouveaux edit, mashup et autre nouveauté. On aurait également pu choisir l’un de ses live United at Home mais on se réserve le droit de préféré en avance celui diffusé ce soir depuis le Louvre à l’occasion de la nouvelle année !

BONUS : RODRIGUEZ JR. – LIVE at Mont Saint Michel de Brasparts for BOLDR

On allait tout de même pas se quitter sans un bonus ! Comme vous le savez chez Guettapen nous aimons mettre en avant des jeunes talents, surtout lorsque ces derniers produisent un travail d’une très grande qualité. Aujourd’hui, à l’occasion de ce top 15 des livestreams de l’année, nous souhaiterions mettre en lumière le travail des équipes de l’association BOLDR, fraichement créée durant l’année. Une jeune équipe de passionné qui, à l’instar de Cercle, invite des artistes à réaliser des performances live dans des lieux d’exceptions, le tout en mettant en avant leur région. BOLDR a donc pour but de mettre en avant la Bretagne, sa culture et son patrimoine au travers de concerts uniques. On vous laisse donc sur ce live de Rodriguez JR enregistré à l’aube dans le Finistère. Le panorama ainsi que les plans drones y sont très qualitatifs. Le set quant à lui s’écoute sans modération.

Difficile de faire rentrer l’ensemble des livestreams dans ce top 15, mais nous avons essayé de balayer le plus large possible avec des styles de producteurs variés. Nous aurions également pu citer le live de Lane 8 en Sunrise sur le Grand Lac du Colorado, celui de Sebastien Tellier devant les pyramides de Gizeh, celui de Hot Since 82 à bord d’une montgolfière, les lives de Dombresky durant le Rave A Thon ou encore les sets de Malaa sur une péniche à Paris ainsi que ses B2B avec DJ Snake mais il nous a fallu faire des choix. On vous recommande cependant l’ensemble de ces lives qui sont tout aussi qualitatifs que ceux citer dans notre Top 15. De quoi passer un bon réveillon !

Loys
Responsable Electro House