Headhunterz : retour sur une carrière légendaire avant son dernier show officiel ce soir

Il est l’heure ! Headhunterz, véritable légende de la Hard Music, fera ce soir son dernier show officiel. En effet, le célèbre DJ hollandais avait annoncé il y a quelques semaines son désir de se retirer du devant de la scène. Son dernier show se tiendra donc ce soir Tilburg aux Pays-Bas au 013. Pas de gros show donc, mais une soirée intimiste dans l’une des salles les plus en vue dans l’univers de la Hard Music. Comme l’artiste le dit lui-même, ce n’est pas la fin du projet Headhunterz, mais simplement une page qui se tourne. Pour les plus grands fans d’entre vous, pas d’inquiétude, Heady ne met pas pour autant fin à sa carrière musicale.

Headhunterz fait très certainement partie de ces DJs légendaires qui ont popularisé un style de musique à eux seuls. Présent depuis 2004 dans le milieu de la musique électronique, Willem Rebergen de son vrai nom, est devenu une légende dans sa catégorie. Après l’annonce de la fin de ses shows, il était normal de revenir sur la carrière d’un des DJs qui a popularisé la Hard Music. Avec bien entendu des hauts et des bas, retour sur la folle carrière d’Headhunterz !

Des débuts prometteurs

Willem Rebergem est né le 12 septembre 1985 près d’Utrecht. Enfant, le jeune Willem a souvent été victime de harcèlement. Pour pallier cela, il rejoint très rapidement la chorale locale d’enfants et découvre l’univers de la musique avec ses premiers studios d’enregistrement. Mais le déclic pour la Hard Music arrive un peu plus tard, en 2003. Alors que des amis à lui ne pouvaient se rendre à Qlimax, Willem récupère les billets et découvre pour la première fois ce genre musical. C’est une énorme révélation pour lui. Après cela, un seul objectif : être derrière les platines.

Avant Headhunterez, il y avait Nasty D-Tunerz, un duo créé à l’époque avec son ami et compatriote Bobby van Putten. Avec des débuts prometteurs et l’apprentissage de la production sur FL Studio, les deux compères participent à un concours tremplin pour jouer sur un certain festival nommé Defqon.1… C’est donc en 2004 que l’on verra le duo remporter ce concours et avoir la chance de participer à Defqon.1, à une époque où le festival était encore loin de ressembler à ce qu’il est maintenant.

Après avoir signé sur le label ‘Hardcontrol’, ce sont les principaux acteurs du milieu qui commencent à jouer leurs morceaux. La consécration pour le duo arrive fin 2005 avec la signature sur ‘Scantraxx’, le label de ‘The Prophet’ déjà considéré à cette époque comme l’un des plus grands DJ Hard Music (et même le fondateur du Hardstyle selon certains).

Et c’est là que le pseudo Headhunterz fait son apparition. Ne pouvant conserver son pseudo pour signer sur Scantraxx, le duo décide alors d’abandonner Nasty D-Tunerz pour leur nom actuel. Finalement, en 2005, le duo aura joué sur certains des plus gros événements tels que Defqon.1, Q-Base ou encore la X-Qlusive de The Prophet.

Les débuts d’Headhunterz

C’est donc fin 2005 et surtout en 2006 que le nom Headhunterz apparaît. C’est aussi leur premier gros succès sorti sur Scantraxx Special avec ‘Aiming for Your Brain/Left Some Answers’. Mais très rapidement, son ami Bobby Van Putten rencontre des difficultés. En effet, il était à cette époque inscrit à l’école ‘Rock Academy’ et ne pouvait finir ses études tout en mixant avec Willen, en se produisant et signant des tracks pour Scantraxx. La décision de Bobby fut brutale : il décida de quitter le duo Headhunterz pour terminer ses études.

C’est alors en 2006 que Willen commença à jouer seul sous le pseudonyme Headhunterz. Defqon.1 2006 verra la première performance solo du Headhunterz que l’on connaît actuellement. Mais la plus grosse performance de 2006 vient de The Prophet, qui lui donnera les commandes d’un sub label de Scantraxx avec ‘Scantraxx Reloaded’. L’autre consécration est encore une fois du fait de The Prophet et leur b2b à Qlimax 2006, point d’orgue cette très belle année.b

Mais l’année 2007 n’est pas en reste pour Willem. C’est cette année-là que sort ‘Rock Civilization’ l’une des tracks les plus connues de Headhunterz à ce jour. En plus de cette dernière, Headhunterz va collaborer avec The Prophet pour la première fois sur l’EP High Rollerz / Scar Ur Face, mais aussi assurer ses shows habituels lors de gros événement tels que Q-Base ou encore Qlimax. C’est d’ailleurs à Qlimax 2007 que l’on verra Headhunterz produire l’anthem de cette édition, ‘The Power of the Mind’. Une nouvelle fois pour l’artiste néerlandais, c’est une consécration supplémentaire de jouer cette fois-ci seul lors de l’événement. 

Project One 

Tous les fans de Hardstyle de la première heure connaissent forcément ce pseudo. Et sous ce pseudo se cachent bien entendu Headhunterz et Wildtylez. C’est en mars 2008 que les compères vont collaborer pour la première fois avec ‘Blame It On the Music / Project 1’, un EP sorti une nouvelle fois sur Scatraxx Reloaded. L’EP est un énorme carton et c’est sous cette impulsion que le projet d’un album commence à naître. Après plusieurs mois de travail, l’album ‘Headhunterz & Wildstylez Present : Project One’ sort enfin.

Et cet album va être une véritable petite révolution dans le milieu de la Hard Music, plusieurs artistes venant à copier ce style bien plus mélodique qu’à l’accoutumé. C’est à Defqon 2008 que l’album est présenté pour la première fois au public, il sortira quelques semaines après. Outre le succès de Project One, Headhunterz a, par la même occasion, dévoilé en 2008 la track ‘Just Say My Name’, un autre succès solo du DJ. Bien entendu, Headhunterz se produira dans les plus gros événements de l’année, et fera même un retour à Qlimax avec un set solo suivi de Project One.

La légende est née 

2009 est très certainement l’une des années les plus prolifiques en termes de création pour Headhunterz. C’est cette année que l’on verra apparaître l’incroyable ‘Scrap Attack’, qui n’est autre que l’anthem de Defqon.1 2009. Pour la première fois de sa carrière, il fera le closing de la mainstage, réalisant ainsi l’un de ses plus gros objectifs.

En plus de cette performance, c’est aussi tout un panel de tracks qui viendra compléter sa discographie. C’est cette année que naît ‘Tonight’ avec Wildstylez et Noisecontrollers. Considérée encore aujourd’hui comme l’une des meilleures musiques Hardstyle de tous les temps, Tonight fut un véritable succès et donnera à Headhunterz des allures de légende. Mais comme si deux tracks devenues légendaire n’étaient pas assez, c’est aussi en 2009 que l’on verra arriver ‘The Summer of Hardstyle’ en collaboration avec l’autre mastodonte de la scène, The Prophet.

2010 voit une nouvelle consécration pour Headhunterz avec une édition X-Qlusive à son nom. Pour Willem, c’était, avec Defqon.1, l’un des plus grands accomplissements de sa carrière. Mais 2010 c’est surtout l’arrivée du premier album solo du DJ. ‘Studio Sessions’ est un album de 15 tracks reprenant d’anciennes musiques de Headhunterz, des nouveautés et des remix. L’album est très bien perçu par le monde du Hardstyle et voit surtout Headhunterz se développer à l’international avec une tournée dans le monde entier. De l’aveu même du DJ, en 2010, il avait pour la première fois, plus de dates programmées à l’étranger que dans son pays d’origine.

Il produira pour Defqon.1 Australie l’anthem de l’édition avec ‘Save Your Scrap for Victory’. Preuve de la popularité grandissante du Hardstyle en 2010, c’est cette année que Headhunterz intégrera pour la première fois le top DJ Mag. Arrivé à la 36ème place, il était le premier DJ Hard Music aux côtés d’autres poids lourds comme Wildstylez ou Showtek. 

Un premier virage 

Vient l’année 2012 et le second album de Headhunterz, ‘Sacrifice’. Composé de 10 titres, l’album est plutôt bien accueilli. ‘Dragonborn’ est certainement le titre le plus connu de Headhunterz, il sera un succès monstre et fera de Headhunterz encore un peu plus la légende qu’il est.

Mais c’est à cette époque que les premières critiques du DJ commencent à voir le jour. Pour ses détracteurs, le néerlandais se veut de plus en plus mainstream et ferait du mal à la Hard Music. C’est effectivement à cette période qu’on voit un Headhunterz tenter d’autres choses avec des remix de tracks dites EDM. Mais pour l’artiste, remixer des titres d’autres genres lui permettait d’expérimenter de nouvelles sonorités.

Headhunterz a tout de même sorti un remix pour Kaskade sur Ultra Record, l’un des plus gros labels de musique électronique, fait très rare pour un artiste provenant du Hardstyle. L’un de ses plus grands succès fut son remix de ‘Spaceman’ d’Hardwell. Ce remix a popularisé le Hardstyle à un niveau qui n’a plus jamais été égalé; Hardwell jouant très souvent ce remix à la fin de ses sets.

Mais en 2012, Headhunterz est loin de ne produire que des remix de titres EDM puisque sort ‘World Of Madness’ et c’est, pour beaucoup, l’un des meilleurs anthem de Defqon.1 avec Noisecontrollers et Wildstylez, ce qui prouve la puissance du trio dans le Hardstyle à ce moment-là. C’est aussi là que Willen prendra la 11ème place du top 100 DJ Mag, une véritable exception. Headhunterz n’est pas seulement devenu une légende du Hardstyle, mais il a également réussi à populariser tout un style musical qui lui est propre.

2013 marque la sortie de ‘Colors’, un titre qui aura indéniablement marqué la carrière d’Headhunterz. Paru sur le label Ultra Record, c’est la première fois qu’un artiste Hard Music y sort un single qui se classera top 5 dans les charts néerlandais. Une 2ème track verra le jour sur le célèbre label américain, une collaboration avec Krewella sur ‘United Kids of the World’. 

Changement de style

Mais c’est finalement en 2014 que Headhunterz va commencer à opérer un véritable changement de style. C’est cette année-là que l’artiste va collaborer avec W&W sur le titre ‘Shocker’. Le titre se veut être electro house avec des synthés Hardstyle. Pour les fans d’EDM, le titre est plutôt bien apprécié alors que les fans du début de Headhunterz ne comprennent pas.

Une deuxième collab avec les W&W arrivera dans l’année ainsi qu’une track avec Hardwell pour l’album de ce dernier, nommée ‘Nothing Can Hold Us Down’. C’est à cette époque que Headhunterz décide de s’éloigner de la Hard Music. Il collabore alors avec de nombreux artistes de la scène EDM sans parvenir à la renommée qu’il avait connu en Hardstyle : à cette période, beaucoup de fans du hollandais quittent le navire. Pour eux, Headhunterz a juste voulu suivre la mode de l’EDM qui était alors très forte.

Mais pour Headhunterz, il s’agissait d’une nécessité. Après plusieurs années à produire du Hardstyle, produire d’autres styles musicaux lui a permis de retrouver une certaine forme de créativité musicale. Il a par exemple produit à cette période ‘Live Your Life’ avec Crystal Lake, qui a été l’un des titres phares de l’année 2016. Il fera aussi une apparition à l’Ultra Music Festival en Mainstage avec Steve Aoki pour leur collab, elle aussi sortie en 2016. Bien qu’il ait mis en pause le Hardstyle et ses événements, Headhunterz fit une apparition remarquée à Defqon.1 2016 aux côtés de The Prophet et Technoboy. 

Retour aux sources

Après plusieurs années à arpenter les diverses scènes de festivals plus mainstream où, soyons honnêtes, sa carrière n’a jamais vraiment décollé, il semblait évident que Headhunterz allait revenir à ses premières amours. On n’a jamais vu l’artiste sur des mainstages de très gros festivals type Tomorrowland ou Ultra, alors qu’il était l’un des piliers de la scène Hard Music.

Lors de l’édition de Defqon 2017, Headhunterz fait une apparition de quelques minutes lors du fameux Defqon.1 Legends. Il annonçait alors un retour aux sources en quelques mots adressés à ses fans. Plusieurs mois plus tard, son show ‘The Return Of Headhunterz’ sera sold out en quelques minutes seulement. Avec la sortie de titres tels que ‘Destiny’ ou encore ‘Our Church’ avec Sub Zero Project, le néerlandais faisait définitivement un retour fracassant sur le devant de la scène.

En 2018, Headhunterz crée avec Wildstylz ‘Art Of Creation’ un label qui aura mis pas mal d’artistes en lumière. C’est aussi cette année-là que sort ‘The Return of Headhunterz’ le troisième album solo de l’artiste, plutôt bien apprécié par ses fans. En 2018, il produit avec Wildstylez sous Project One l’anthem de Defqon.1. Malheureusement, il sera considéré par la majorité de la scène comme l’un des pires anthem, toutes éditions confondues.

2023, la fin d’une légende

Depuis son retour, Headhunterz est malgré tout resté la légende qu’il était. Mais entre son arrêt et son retour à la Hard Music, de nombreux artistes sont arrivés, et les sonorités Hardstyle ont énormément évoluées. Les premiers fans de Headhunterz ne lui ont jamais réellement pardonné ce départ de la scène Hard qui, pour beaucoup, était motivé par l’argent brassé par l’EDM à l’époque. Mais tout n’est pas à jeter, loin de là. On se rappelle par exemple de la track ‘Transcendence’ qui aura marqué 2020 pour l’édition virtuelle de Qlimax.

Autre tube qui aura marqué son année, ‘Before I Wake’ avec Vertile. Classée numéro lors du top 100 hardstyle par les internautes, la track aura fait énormément de bruit et fut joué par beaucoup de DJs à travers le monde. Quant à 2023, Headhunterz et Vertile se sont retrouvés en studio pour la track du endshow du dimanche de Defqon.1, ‘Lost Without You’, qui comme ‘Before I Wake’, devrait se retrouver très facilement en haut des charts.

Mais le coup de tonnerre survient fin septembre : il annonce mettre un terme à sa carrière de DJ et se concentrer dorénavant sur la production. Après tant d’années à écumer les pays et les différentes scènes à travers le monde, il est temps pour Willem de prendre une pause bien méritée.

L’artiste a révolutionné la Hard Music et en a fait quelque chose de, certes, plus accessible, mais qui a également permis à toute une génération de découvrir la Hard Music avec, dans le tas, de nombreux artistes talentueux. On aime ou on n’aime pas, mais Headhunterz est l’un des rares artistes, comme The Prophet, a avoir fait autant pour la scène Hard Music. Le dernier show de l’artiste aura lieu à Tilburg au 013 le 23 décembre. Une soirée intimiste pour une dernière officielle.