Culture Shock dévoile ‘Sequel’, son excellent 2ème album

3 ans après ‘Sequence’, Culture Shock revient avec un nouveau LP signé chez RAM Records. Autant dire que la confiance d’Andy C ne risque pas de s’étioler. Depuis 2006 et sa signature sur RAM, le britannique est devenu un incontournable de la scène. Si d’ordinaire, les albums racontent des histoires, le Brit profite du format pour proposer la structure d’un set avec 45 minutes de son non-stop. Bouclez les ceintures, ça va aller vite !

‘Sequel’ se compose d’un Prologue et d’un Epilogue, qui permettent à l’auditeur de cadrer leur écoute et de se repérer, car, entre les deux, le rythme ne s’arrêtera tout bonnement jamais. Panorama lance définitivement la machine, suivie par Rise, dont le vocal hypnotique apporte davantage de mélodie. Le gros banger de l’album survient relativement tôt, en collaboration avec la légende Sub Focus. Recombine fait place à un break annonciateur de la force destructrice du morceau, avant que le gimmick n’installe définitivement un drop dévastateur, tout de métal et d’alarmes fait.

Deconstruct, Visions et Lost s’ensuivent, et renouent avec la mélodie et les vocaux. Elles permettent également de respirer dans ce marathon dance oscillant entre les 160 et 180 BPM. Cependant, notre track préféré de ‘Sequel’ est Discothèque. En effet, tous les ingrédients du floor filler s’y trouvent. Une instrumentale mélodieuse, un rythme élevé, ainsi qu’un gimmick vocal qui restera gravé dans votre tête. Pour cause, celui-ci est … en français ! L’album est clos par trois remixes, dont un de Totally Enormous Extinct Dinosaurs, et le remix de Culture Shock d’Airplane de Sub Focus, qui reste une petite pépite à réécouter !

Culture Shock propose alors un voyage court mais énergique avec ce deuxième album. Il confirme ainsi son statut de place forte de la scène DnB, et de taulier du label RAM Records.

Mino
A.K.A. Mino. Aficionado de grooves endiablés et de douceur mélodique. DJ à mes heures perdues, un set ou stream tourne toujours pendant ma journée.