Récap : Retour sur notre expérience à la Rampage Free Party

Après moult reports et annulations de leurs évènements phares, c’est ce précédent weekend du samedi 14 et dimanche 15 aout que la team RAMPAGE a transformé le Kristalpark de la ville de Lommel en Belgique en lieu de pèlerinage pour tout amateur de bass music en accueillant “la plus grosse Free Party de la planète”. Retour sur Rampage Free Party, un évènement gratuit proposé par Rampage.

Line Up

Pour ce Rampage hors série intitulé Rampage Free Party, et malgré l’annulation de Apashe en tête d’affiche, la programmation fut tout de même très qualitative. On a pu retrouver quelques gros noms de la scène dubstep tels que Funtcase, Franky Nuts et Oliverse ou encore Point.Blank ainsi que drum’n’bass avec notamment Kanine, Koven ou encore Murdock (a.k.a. M. Rampage). Une bonne vingtaine d’artistes qui promettait une programmation de haute volée, d’autant plus pour un évènement gratuit ! 

Le lieu et la scène 

Peut être une image de une personne ou plus et plein air

L’endroit vous semble probablement familier et c’est normal. Situé au Kristalpark de Lommel, c’est ici que se déroulait habituellement le format Open Air de Rampage. Un vaste “parc d’activités du futur” et plus grand parc d’énergie solaire du Benelux. Mentions spéciales aux nombreuses éoliennes présentes sur la zone qui rajoutaient beaucoup de cachet au lieu. 

Cependant, le lieu étant assez éloigné de tout et en pleine campagne flamande, il fut assez difficile de trouver des hôtels à proximité.

Peut être une image de une personne ou plus, plein air et foule

Assez imposante et plutôt brute, la scène était à l’image de l’évènement. Par léger manque de lights ou d’effets pyrotechniques (et cela se comprend pour un tel évènement), ce n’est qu’a la nuit tombée que la scène devenait réellement vivante. Côté son nous étions servis : d’imposantes colonnes et répétées pour les festivaliers les plus lointains et un son assez bien réglé et fort, qui nous manquait terriblement après ces deux années de calme. 

L’organisation

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout et plein air

Côté organisation peu de choses à redire : le lieu était facilement accessible et le parking (tout comme le camping) était à proximité immédiate du festival. A l’entrée et même en heure de pointe, l’entrée au festival se faisait sans difficulté malgré les mesures sanitaires mises en place comme les vérifications du pass sanitaire et de l’identité de chaque festivalier. Côté alimentation et boissons, une ribambelle de stands étaient mis à disposition des festivaliers et l’attente, même en heure de pointe, était moindre que ce soit pour la nourriture ou les boissons. 
Seul bémol : l’absence de cashless au profit de jetons et passage obligatoire au stand adéquat pour récupérer son dû où quelques bouchons étaient à prévoir le premier jour pour récupérer ses tokens achetés en amont. 

Le public et l’ambiance 

Peut être une image de une personne ou plus et foule

Assez récurent dans ce type d’évènement très ciblé au niveau du style musical : un public aguerri, connaisseur et majoritairement respectueux. L’ambiance dans le crowd était effrénée et au rendez-vous sur chaque drop. Ce dernier était globalement présent pour la musique et les artistes et cela se sentait.

Les sets 

Peut être une image de 1 personne

Imanu B2B Buunshin

Si Imanu, l’un des artistes à suivre impérativement en 2021, et accompagné de son acolyte Buunshin s’étaient déjà illustrés lors de première apparition ensemble au Secret Sky Festival de Porter Robinson, il était grand temps de profiter de la qualité de leur set aux explorations audacieuses dans la vie réelle. Malgré la lourde chute de Imanu durant le set de Noisia à Let It Roll, ces derniers ont su répondre présents en nous livrant un set plongé dans leur univers majoritairement drum’n’bass pour le plus grand plaisir du public. Mentions spéciales au quelques ID que nous auront hâte de voir sortir.

Murdock

Il incarne l’énergie et l’âme du festival, celui que l’on surnomme Mister Rampage n’a cessé de nous régaler dès la tombée de la nuit à coup de ses fameux hymnes estampillés Rampage, de ses productions personnelles ainsi qu’une sélection au poil de tracks drum’n’bass toutes aussi effrénées.

FuntCase

Un set de cloture d’une rare violence comme il sait si bien le faire, ne laissant aucune minute de répit aux Rampage Soldiers présents lors de ce premier jour et dont leurs cervicales se souviendront. S’il avait pour habitude de partager la scène avec le défunt Tony Cook a.k.a. Cookie Monsta, c’est seul que l’artiste dubstep s’est produit, clôturant le set par un bel hommage à son ami.

Koven

Probablement LA performance du weekend. Katie Geraghty vocaliste, unique DJ et moitié de Koven s’est présentée en tant que réelle performeuse lors ce deuxième jour. Mêlant mix drum’n’bass et interprétation de ses vocaux pour Koven sans playback, le set avait tout d’une performance live ce qui l’a rendu très vivant. Le public était conquis du début à la fin.

Pour conclure sur cette Rampage Free Party

Peut être une image de 5 personnes, personnes debout, foule, ciel et crépuscule

Ce fut un grand plaisir de renouer avec les festivals, et le moins que l’on puisse dire c’est que ce format spécial qu’est la Rampage Free Party a satisfait nos attentes, avec sa programmation, son organisation ainsi que son ambiance : le tout en étant gratuit.

L’édition phare de Rampage est prévue le weekend du 10 et 12 décembre prochain au Sportpaleis de Anvers.