Dave Clarke en guerre contre les DJs mixant dans les pays à fort taux de COVID

Dave Clarke n’est pas réputé pour être un artiste compromis et corrompu. Vous aviez besoin d’en être sur ? Vous êtes au bon endroit. Après avoir donné son avis sur les raves parties, la légende de la Techno a posté ces pensées sur les DJs réalisant des dates dans des pays où le COVID est en hausse et où les événements sont malgré tout autorisés. Et on va dire qu’il ne les aime par énormément : 

Pour les non-anglophones et avec nos explications pour une meilleure compréhension, Dave met en lumière les DJs réalisant des gigs dans des pays où la législation les autorise mais où les cas de COVID sont en croissance, plus particulièrement au Mexique (ndlr : Tulum, pour être précis) et en Inde. Même si leurs actes semblent être dans la légalité, l’aspect moral d’une telle pratique apparaît alors totalement inexistante, évoquant même une attitude néocolonialiste. Enfin, il évoque le silence en ce qui concerne la communication de ces DJs autour de ses dates, voyant alors une preuve indirecte d’absence de morale et un manque total du devoir des médias. Nous allons donc, ici chez Guettapen, vous en parler. 

Post Facebook, 8 avril 2021

Dans l’un de ses autres statuts Facebook, le DJ témoigne également qu’il est soupçonné d’être derrière le compte « Business Teshno », ce qu’il réfute mais ne manquant pas de lui donner du crédit, à l’instar du duo Progressive House Tinlicker. « Mais Jamie … c’est quoi, « Business Teshno » ? » Très bonne question, Sabine. « Business Teshno » est un compte répertoriant le cas de DJs pris en flagrant délit de gig dans un pays où le COVID progresse, étant alors qualifiés de DJs « super-spreaders » [« super-diffuseurs de virus »], avec la complicité de leur management et des promoteurs des soirées, dites « plague raves ».

Les principaux inconvénients de ce compte agissant sur Instagram et Twitter est le caractère anonyme de ses propriétaires (Qui sont-ils ? Simples citoyens ? Journalistes ? DJs ?) et le manque d’information sur les sources de vidéo. Pour autant, lorsqu’une story d’un DJ étant annoncé sur al programmation d’une date en Inde, pays qui recense actuellement plus de 300 000 cas quotidiens, est postée le même jour qu’un festival ou un gros gig, pas besoin d’être journaliste pour constater qu’effectivement, ce DJ était bien là à cette date, en ces lieux. Et récemment, « Business Teshno » a mis la main sur un sacré paquet de vidéos de DJs en pleine activité de plague-raving.

Toi aussi, cherche ton DJ préféré avec le hashtag #chronicleexperience2021 sur Instagram, ainsi que le compte du club « chronicle_goa ». De sacrés surprises vous attendent !

Scorch
Responsable Techno & Production