Nos 10 sets qui ont marqué l’histoire de l’Ultra Miami

Quatre ans après sa dernière édition à Bayfront Park (oui oui, vous avez bien lu !), nous n’avons jamais été aussi proches de retrouver l’un des événements majeurs de la planète sur la scène électronique : l’Ultra Music Festival Miami

Douze jours avant le début des hostilités, nous avons ainsi eu envie de revenir sur 10 sets parmi ceux qui nous paraissaient les plus marquants de l’ère Ultra à Bayfront. 

Ce n’est ici pas un classement de la première à la dernière place qui vous sera présenté, mais bien une liste subjective émanant des différents avis de la rédaction, sans ordre précis donc, et avec comme seul critère le fait que ces sets soient encore aujourd’hui des actes marquants de la carrière des artistes. 

Deadmau5 – Ultra Maistage 2014

Maintenant que ces quelques précisions ont été apportées, rentrons dans le vif du sujet avec le set de Deadmau5 sur la mainstage du festival en 2014. Une performance dont beaucoup se souviennent aujourd’hui car c’est lors de ce set que le canadien avait réalisé son fameux troll de Martin Garrix via le Animals (McMaNGOS Funnymals Edit). Mais au-delà de ça, le set fût de très haute volée avec notamment un mashup à la fois brillant et surprenant entre Levels & Ghosts n’Stuff. En bref, un set qui reste encore aujourd’hui dans l’histoire du festival et qui est à consommer sans modération. 

Jack Ü – Ultra Mainstage 2014

On reste en 2014 avec un autre set mainstage et pas des moindres, celui de Jack Ü. Le duo formé de Skrillex et Diplo réalise alors une performance percutante devant une une fosse pleine à craquer en plein après-midi. Au visionnage de ce set, on espère vraiment voir le retour du duo sur scène un jour ou l’autre, malgré le peu d’espoirs actuels. 

Steve Angello – Ultra Mainstage 2015

On avance d’une année avec un arrêt sur l’édition suivante : 2015. Une fois de plus, l’Ultra avait marqué les esprits cette année-là avec de nombreuses prestations qui restent encore aujourd’hui parmi les plus visionnées et les plus emblématiques du festival. Premier focus sur le set de Steve Angello. Un set dans la continuité de 2014, débordant d’énergie, de drops puissants, de beaux mashups mais également rempli d’IDs de son propre label Size records et de sa propre composition. Sans aucun doute l’un des meilleurs sets du suédois. Au visionnage de ce dernier, on en vient à regretter ses prestations solo et on espère de tout coeur le retrouver seul sur scène à l’occasion de quelques dates dans les prochaines années. 

Axwell /\ Ingrosso – Ultra Mainstage 2015

Nous venons d’évoquer Steve Angello mais comment ne pas citer un seul set des deux autres membres de la Swedish House Mafia dans ce top 10 ? Entre 2015 et 2018, Axwell /\ Ingrosso ont en effet su marquer l’histoire du festival avec des sets puissants et une scénographie millimétrée qui faisaient l’unanimité du public chaque année. Le choix a donc été cornélien mais nous avons finalement décidé de retenir symboliquement le set qui a marqué leur retour à Miami en mars 2015, set durant lequel ils avaient eu l’honneur de clôturer le deuxième jour du festival. Une prestation mémorable durant laquelle les deux suédois avaient dévoilé de nombreuses ID’s non sans y incorporer une touche de nostalgie avec quelques très bons mashups et classiques. 

Skrillex – Ultra Mainstage 2015

Restons en 2015. Alors que le closing du samedi était assuré par Axwell /\ Ingrosso, celui du dimanche était quant à lui réalisé par … Skrillex ! Décidément, cette année 2015 était absolument gargantuesque en termes de programmation. L’Américain qui avait réalisé une performance sous Jack Ü l’année passée a ainsi remis le couvert en 2015 pour clôturer le festival avec un set survitaminé, rempli de surprises et d’invités avec notamment DJ Snake ou Sam Drew en première partie de son set. Mais LA grosse surprise de ce set a bel et bien été l’arrivée de Diplo sur scène pour une nouvelle prestation de Jack Ü à l’occasion de la sortie de leur premier album. Le public présent sur place avait ainsi eu la chance d’assister à 20 minutes de prestation surprise ponctuée par les arrivées successives de Kiesza, Kai, CL, Puff Daddy et enfin Justin Bieber. Un moment fort qui reste encore à ce jour, l’un des meilleurs closing que le festival a pu offrir à ses festivaliers. 

Comme nous avons pu le constater, l’année 2015 a été un cru d’exception pour l’Ultra Miami, mais 2016 n’a pour autant pas à rougir face à son prédécesseur. Cette année-là a en effet été marquée par de nombreuses performances mémorables et un design de mainstage qui reste pour beaucoup l’un des meilleurs que les organisateurs ont pu proposer jusqu’à aujourd’hui. Parmi les artistes qui ont proposé des sets qui ont pu marquer leur carrière à cette édition, on peut aisément citer Don Diablo, Tchami, Martin Garrix ou encore The Chainsmokers. Deux des trois sets que l’on a retenus pour cette édition 2016 viennent d’ailleurs de cette liste de noms. 

Martin Garrix – Ultra Mainstage 2016

Le premier qui nous est venu à l’esprit est bien évidemment le set de Martin Garrix. Sans aucun débat possible, sa prestation à l’Ultra 2016 reste à ce jour sa meilleure performance solo avec un total de 10 ID’s présentées ce soir-là. Mais ce fût également le set qui marqua le début d’une nouvelle ère pour le jeune DJ. Au début de ce même mois de mars 2016, Martin Garrix officialise en effet sa rupture avec Spinnin Records et annonce la création de son propre label : STMPD Records

The Chainsmokers – Ultra Worldwide stage 2016

Le set que l’on vous propose à présent, nous avons longuement hésité avec celui présenté deux ans plus tard par ce même duo : The Chainsmokers. Mais la performance explosive sur une worldwide stage pleine à craquer cette année-là a mis un grand coup d’accélérateur à leur carrière. Elle mêlait alors les ingrédients de base qui allaient constituer la structure de leurs futurs sets : un mix entre cassage de nuque, nostalgie et douceur. L’introduction sur Lookas & Crankdat – Game Over reste l’une de leur plus explosives. Le set, qui est encore aujourd’hui le plus visionné de leur chaîne Youtube, était alors positionné sur le même créneau que Avicii. Le suédois qui jouait sur la Mainstage, réalisait cette année-là les dernières dates de sa carrière. Cette perspective permet d’appuyer la popularité grandissante des deux américains à cette période, un an avant la sortie de leur premier album Memories…Do Not Open et souligne d’autant plus leur performance impressionante ce soir-là. 

Knife Party / Pendulum – Ultra Mainstage 2016

Le troisième acte que nous avons retenu pour cette édition 2016 n’est ni plus ni moins que le closing act : une double performance de Knife Party dans un premier temps, puis de Pendulum dans un second temps. Le split set de clôture de Pendulum-Knife Party est en effet toujours considéré comme l’une des apparitions de clôture les plus inoubliables d’Ultra à ce jour. Un live act sur la mainstage, ça n’arrive pas à chaque édition ! C’est encore plus rare lorsque c’est un groupe vétéran de la scène Drum’n Bass qui s’en charge. Si l’on ajoute à cela l’apparition surprise de Deadmau5 sur scène pour jouer Moar Ghosts ‘n Stuff, on obtient obligatoirement une performance historique dans l’histoire de l’Ultra

Swedish House Mafia – Ultra Mainstage 2018

Faisons un bon de deux ans en avant. Ah cette fameuse édition 2018 ! Une année qui a marqué nos esprits. Beaucoup de frissons lors de ce closing act, que ce soit pour les milliers de personnes sur place mais également les milliers d’autres derrière leurs écrans ! Rappelez-vous, éveillé en pleine nuit, l’émotion qui vous envahissait alors. De nombreuses rumeurs en parlaient, mais personne n’y croyait. Un comeback que beaucoup souhaitait mais que personne n’osait imaginer, même dans nos rêves les plus fous, et pourtant ! Ce soir-là, après 5 ans de séparation, 3 silhouettes se dessinent sur une plateforme montée en plein milieu de cette mainstage imposante. La Swedish House Mafia, on ne rêvait pas ! Les trois suédois se tenaient côte à côte pour une performance historique qui annonçait leur retour. Un show light minimaliste mais on ne peut pas en dire autant de la pyrotechnie qui fût .. bluffante ! Le trio nous proposa un set rempli de nostalgie, mêlant titre individuel sortie durant ces 5 années de silence, des classiques, une introduction sur Miami 2 Ibiza, quelques ID’s et la première de morceaux puissants comme ceux des Magnificence. La suite de l’histoire, on la connaît bien aujourd’hui, mais ce retour reste aujourd’hui l’un des plus gros coups de l’histoire du festival. 

Hardwell – Ultra Mainstage 2013

Pour clôturer ce top, on souhaitait réaliser un flashback en 2013. Une année exceptionnelle qui avait vu passer la tournée One Last Tour de la Swedish House Mafia, la premiered d’Avicii de son album True accompagné de nombreux guests, ou encore la venue de Calvin Harris. Mais s’il y a bien un DJ qui avait fait grand bruit à cette édition, c’est Hardwell ! Le hollandais y avait alors produit ce qui reste encore aujourd’hui, son set de référence. Preuve en est avec plus de 34 millions de vues sur Youtube avec de nombreux commentaires qui sont encore régulièrement publiés. Le mix faisait la part belle à l’électro house et à la big room avec de nombreux très bon mashups. Pour rappel, il devrait faire son grand retour à Bayfront dans un peu moins de deux semaines, et on ne peut qu’espérer retrouver Hardwell en aussi grande forme et nous proposer un set du même calibre.   

Les choix n’ont pas été simple à faire, de nombreux artistes auraient mérité d’y figurer comme David Guetta (2014), Galantis (2015), Avicii (2013), Tchami (2016), Justice (2012) mais il nous était bien évidemment impossible de tous les citer ici ! C’est aussi ça l’exercice des top 10. Vous pourrez d’ailleurs retrouver prochainement notre top 10 des sets à ne pas manquer pour cette édition 2022.