Valeur Montante : Xavi révèle tout son potentiel avec son premier album

C’est l’une des principales sensations Nord-Américaine de cette rentrée 2021. Originaire du Missouri, Xavier Peter Hoffman est Xavi. Déjà placé parmi nos espoirs à suivre en début d’année, il inaugure aujourd’hui un format mensuel dans lequel Guettapen met en avant les valeurs montantes de la scène électronique.

Après avoir découvert la musique électronique avec Pendulum et Justice sur la version PlayStation 2 de Need For Speed: Undercover, Xavi commence à produire sur le logiciel Garageband qu’il utilise via l’ordinateur de ses parents. « Je suis finalement passé à un programme appelé Audiotool (où j’ai pu rencontrer une communauté de gens adorables et solidaires) avant de passer sur Ableton il y a environ 3 ans ».

D’aborde inspiré par les sonorités de Justice, Daft Punk ou deadmau5, l’américain voit son style évoluer, notamment en découvrant Mord Fustang. Dès 2016, son nom apparait comme prometteur alors que Porter Robinson joue son remix du titre ‘La Lune‘ de Madeon. Entre temps, l’Américain construit petit à petit l’identité qui fait de lui un producteur ayant réussi à définir sa propre esthétique sonore.

Cette prise en maturité n’échappe pas à Ophelia Records. Le label tenu par la tête d’affiche Seven Lions, repère le producteur et prend le pari de sortir son album quelques semaines seulement après l’avoir introduit par le biais de la compilation ‘Advent Vol.2‘. « L’histoire avec Ophelia est honnêtement assez cocasse » reconnaît Xavi : « La sortie de l’album est le résultat d’une sorte de coïncidence. Ils m’ont envoyé un e-mail me demandant si j’avais des singles à venir qu’ils pourraient utiliser pour leur compilation, mais j’ai mal lu quand j’ai vu les mots « EP » et leur ai envoyé mon EP non signé. Après environ une semaine, ils ont répondu et m’ont fait savoir qu’ils voulaient le sortir ! »

La mésentente ne s’arrête pas là. « Je leur ai envoyé d’autres demos pour la compilation mais c’est ensuite eux qui ont mal lu et pensé que je voulais sortir un album avec ces chansons supplémentaires. J’étais effectivement en train de faire un album, mais pas avec ces titres là ». Xavi conclue alors un marché avec Ophelia. « Je leur ai dit que je pouvais finir l’album d’ici un mois, et nous avons conclu que si les titres étaient au rendez-vous, l’album verrait le jour ».

Ainsi nait ‘To The Endless Searing Skies’, qu’on pourrait traduire par ‘Jusqu’à l’infini des cieux écarlates’. Doté de 10 titres, l’opus prend le nom raccourci du concept ‘From the Heart to The Soul To the Endless Searing Skies’. Une métaphore qui se base sur certaines expériences personnelles qu’a connu Xavi avec la perte d’êtres chers, ainsi que ses réflexions constantes sur l’idée de savoir où nous allons lorsque nous ne sommes plus, et ce que nous sommes censés faire entre-temps.

C’est facile d’essayer de rendre sa musique aussi complexe que possible dans une sorte de tentative d’impressionner les gens avec sa conception sonore. Mais pour cet album, mon objectif principal était de ne pas avoir cette attitude et plutôt de créer quelque chose de plus direct et agréable.

Xavi pour Guettapen

Pour incarner des émotions aussi distinctes, Xavi emprunte un chemin créatif déjà arpenté par plusieurs des ses inspirations : le chant. « C’est la chose la plus difficile que j’ai jamais faite en musique, pour être honnête. Pour cet album, j’ai dû tout apprendre sur l’exercice du vocal. L’écriture aussi était tout aussi difficile que la production. Je me demandais comment proposer un propos intéressant, quels sentiments exprimer? Il s’avère que j’avais beaucoup de matière à explorer et c’est pour cette raison que je suis très fier de l’album. »

Le travail et la vulnérabilité de l’artiste se retrouve aussi bien auditivement qu’à la lecture des intitulés des différentes tracks. « Une grande partie de ce qui a motivé mon processus d’écriture est l’idée de la perte, que ce soit d’amour ou de temps. »

Les objectifs posés pour cet album étaient les suivants : « L’un de mes principaux buts était de «ne pas trop compliquer les choses». C’est facile d’essayer de rendre sa musique aussi complexe que possible dans une sorte de tentative d’impressionner les gens avec sa conception sonore. Mais pour cet album, mon objectif principal était de ne pas avoir cette attitude et plutôt de créer quelque chose de plus direct et agréable ».

Le résultat est particulièrement convainquant. Sur ce premier album coïncidant avec sa première signature sur un label d’envergure, Xavi offre un disque puissant, personnel et teinté d’éléments riches en diversité. On enchaîne facilement dix tracks qui ne se ressemblent pas les unes aux autres, empruntant successivement aux courants Future Bass, Melodic Dubstep, Mid Tempo ou Synthpop.

À l’image des Porter Robinson, Illenium ou de son désormais mentor Seven Lions, Xavi s’inscrit talentueusement dans la lignée des producteurs américains capables d’imprégner leurs productions d’une intensité émotionnelle pouvant rallier d’énormes fanbases. C’est tout ce qu’on souhaite à l’une des plus belles révélations de la scène Soundcloud ces dernières années.

L’album est disponible chez Ophelia Records

AGZ
Responsable recherche et développement